Quand les vignerons votent l'arrêt des vins de garde...

Publié le 14 Octobre 2015

Je viens de découvrir l'article suivant sur "Mon-VITI.com"

 

"Alors que 400 à 500 vignerons ont manifesté devant la sous-préfecture de Villefranche le 25 septembre pour demander un juste prix pour le vrac, le même jour, une trentaine de représentants du vignoble et du négoce ont participé à un séminaire stratégique. L'objectif? Vérifier qu'une vision commune existe toujours et en définir les axes prioritaires à dix ans, à savoir, un plan "Beaujolais 2025". Ce séminaire a été organisé par Inter Beaujolais, sur un souhait de l'ODG des beaujolais et beaujolais-villages. 
Et malgré un contexte tendu, le résultat a été positif. Aidé par deux consultants, un échantillon le plus représentatif possible de la région a réfléchi sur deux questions principales: comment souhaiteriez-vous que le beaujolais soit en 2025? Que faire pour y arriver? Les ateliers et sessions pleinières se sont déroulées sans heurts.

Évolution de la gamme et des appellations

Parmi les cinq priorités issues de cette réflexion, un axe est ressorti très majoritairement: le besoin d'une nouvelle segmentation de la gamme. L'idée serait de faire disparaître les beaujolais "de garde", que le consommateur boude. La nouvelle segmentation se composerait des crus, des beaujolais-villages et des beaujolais nouveaux. Exit donc les beaujolais-villages nouveaux ou les beaujolais non nouveaux. Un gain indéniable en termes de lisibilitéLes beaujolais-villages, quant à eux, pourraient être accompagnés de mention de noms de communes ou de petites zones, comme les pierres dorées. 

Cette idée n'est pas totalement nouvelle, mais pour la première fois, elle a fait la quasi-unanimité dans les rangs des participants. Cette évolution ne pourra toutefois avoir lieu qu'avec le concours de l'INAO, car elle suppose une évolution des appellations.
Parmi les autres axes stratégiques, on retrouve la nécessité d'une gouvernance repensée, la poursuite de la valorisation de l'image des vins de la région, l'augmentation des positions sur l'export et la volonté de plus de stabilité dans les cours. Pour l'heure, des groupes de travail vont être mis en place pour examiner comment décliner ces axes en mesures concrètes."

 

Et je pleure.. Alors je sais bien qu'il n'y a rien de dramatique, qu'ils ne parlent que des appellations Beaujolais et Beaujolais-Villages et que les appellations communales ne sont pas concernées, mais je trouve dommage cette volonté de tuer la diversité et d'uniformiser encore et toujours... Les vins produits pour la garde sur ces appellations réprésentent une minorité ; en quoi est-ce une question majeure pour l'avenir de ces appellations ? Pourquoi le choix d'une direction commune sur l'avenir d'une appellation devrait-il éliminer les exceptions ? Parce que cette production est bien l'exception et non la règle sur ces appelllations... Ce choix devrait être individuel et ne devrait concerner que la volonté propre du vigneron-artisan. Bref, à chaque fois que je vois l'avenir toujours plus standardisé des vins croitre, je déprime inexorablement... Pourquoi l'humain a-t-il une vision si petite, si étriquée du monde ?

Sniff....

Rédigé par Emilie Merienne

Publié dans #Vu dans la Presse...

Commenter cet article