A Découvrir... 1. Domaines Bourguignons

Publié le 19 Février 2008


Le vin, esprit de convivialité, sait réunir les différences autour d'une table...

Lors de mon séjour en Bourgogne (du 10 au 12/02/08),  j'étais partie avec un collègue et ami caviste : 
Michel Dalbera et sa femme des "Caves Les Fontaines" à Boulogne-Billancourt.
Nous avons logé chez Guillaume Esmery, qui gère et anime sur place le Domaine Olivier Leflaive.
Notre séjour fût organisé par Pascal Wagner, ancien Sommelier-Oenologue de chez Olivier Leflaive.

Nous avons un peu travaillé et surtout beaucoup appris, rencontré, partagé, découvert, grâce à nos deux hôtes formidables Guillaume et Pascal....

Le soir, nous nous rassemblions à table, face au feu qui crépitait dans la cheminée.
C'était le moment de la détente, le moment qui fait place aux émotions ...

Nous avons goûté de nombreux vins, que je me suis contentée d'apprécier, de ressentir, de vivre,  c'est pourquoi je ne vous ferai pas de compte rendu analytique des vins dégustés.... 

Je peux quand même vous donner quelques noms:
Auxey-duresses blanc, 2003 et 2004 du Domaine Véronique de Mac Mahon, en culture biologique raisonnée.
En rouge, Beaune 1er cru "Les Bressandes" 2006, Santenay 1er Cru "La Maladière" 1993, et bien d'autres en blanc, mais ma mémoire est floue, du Domaine Albert Ponnelle.
Guillaume Esmery, ancien oenologue du Domaine Yves Darviot, nous a fait goûter quelques vins de sa fabrication, en rouge, tel que le Beaune 1er Cru "Clos de Mouches" 2005, Beaune 1er Cru "Les Vignes Franches" 2003, Beaune 1er Cru "Les Grèves" 2002....

Vous retrouverez quelques photos des étiquettes des vins à la fin de l'article..

J'en arrive à l'originalité du séjour, un Nuits St Georges 1er Cru "Clos des Corvées" 2001, du Domaine Prieuré-Roch, issu de vieilles vignes, plus de 70 ans d'âge, cultivées en bio.
D'après Pascal, ce vin serait réalisé comme on le faisait au moyen-âge. 
Je ne saurais certifier cette information, mais ce qui est sur c'est que ce vin laisse une empreinte très marquée par le terroir (et le bio)...  Après on aime ou on aime pas.
Pour ma part, j'ai été très sensible à la découverte de ce vin dans le sens où il nous fait nous interroger, grâce à ce produit, le dégustateur est bouscoulé, au point d'en être ému ou agressé, mais au moins une émotion est née, c'est si rare de nos jours que je voulais lui rendre hommage avec cette dédicace toute particulière.

Si vous vous demandez  si je l'ai aimé et si c'est un vin que j'aimerai à nouveau consommer, je vous répondrai non, parce qu'il n'encourage pas ma sensibilité initiale, j'ai été dérangée par des notes de rancios, oxydatives, décalées par rapport à la jeunesse du produit.  Je n'oublierai pas de préciser que c'est ma perception uniquement, autour de la table, différents avis sont exprimés. Mais en terme d'expérience, je le trouve très enrichissant de part sa personnalité, son individualité, et sa force d'affirmation. 
C'est un vin qui a un caractère propre et qui mérite d'être vécu, partagé...

Je vous avouerai être très difficile pour consommer du vin, j'ai tellement l'habitude de voir le produit sous forme de qualité et de défaut que je n'accède que très rarement au plaisir, à l'émotion.
L'intellectualisation du vin domine beaucoup chez moi et chez la plupart des professionnels, même lorsque notre démarche est exactement le contraire. 
Pour avoir oublié l'espace de quelques jours mon travail et pour avoir pris le temps nécessaire de ressentir le vin, je vous conseille expressement de faire le même genre d'expérience que moi, c'est vivifiant d'approcher les vins avec autant de plénitude.
Faut il encore être réceptif, à l'écoute de tels produits pour pouvoir les apprécier à leur juste valeur ?
J'ai constaté en tant que femme que je mettais beaucoup plus de temps qu'un homme pour boire mon verre de vin. J'aime aller et venir sur un vin, j'aime l'attendre, le regarder, l'écouter un peu comme pour "les hommes" d'aileurs et j'ai trouvé ces messieurs bien impatient lors de nos rassemblement, ils passaient très vite d'un vin à un autre.  Je me demande vraiment comment pouvons-nous accéder à l'émotion, au plaisir dans la précipitation ? Enfin, à chacun son choix de vie !

Pour aller à la rencontre de ces vins voici les liens internet :

Domaine Albert Ponnelle : http://www.albertponnelle.com/
Domaine Prieuré-Roch : http://www.domaine-prieure-roch.fr/ 
Domaine Yves Darviot : http://www.yvesdarviot.com/



 

undefined

IMG_1893.jpg

IMG_1894.jpg

IMG_1896.jpg

Albert Ponnelle

Yves Darviot

Yves Darviot

Yves Darviot

 

undefined

undefined

 

 

 1. Devant

2. Derrière   Prieuré-Roch

 

Rédigé par Emilie Merienne

Publié dans #Domaines et oeno-tourisme

Commenter cet article

didier 03/02/2009 09:45

Agriculture biologique raisonnée ???

C'est impossible !
Soit on est en biologique, soit en traitement raisonné mais cela veut uniquement dire qu'il ne faut pas faire les 7 traitements classiques mais réagir selon les conditions météo, c'est à dire en faire, selon les années entre 5 et...9 ou 10 !!!

Emisommeliere 03/02/2009 09:56


Bonjour Didier, NO PANIQUE, vous savez il n'est pas certifié BIO, ce qui explique mon emploi de termes qui sont différents, si le vigneron avait une certification. Donc je voulais simplement
dire que ce vigneron prend du Bio ce qui l'arrange et fait de la culture raisonnée parce qu'il est minimaliste dans l'utilisation des produits phytosantiaires. Alors sans doute auriez vous aimé que
je dise dés le départ cela, mais mon raccourci n'est pas faux. Etre Bio est une chose, être certifié Bio en est une autre...