Point de vue : le Vin et les 18-25 ans

Publié le 25 Janvier 2014

 

Comment nos jeunes abordent ils le vin, quels produits sont créés pour les initier ?

Les constats du pourquoi essaye-t-on d’attirer les jeunes vers le vin, sont assez simples, nous ne sommes plus éduqués au vin dans le milieu familial d’une manière générale, donc nous perdons le goût du vin !


Aussi, pour assurer l’avenir du vin, les professionnels veulent conquérir les jeunes, afin qu’ils soient leurs clients de demain.


Donc il est important d’éduquer les jeunes au vin, par contre de quelle manière ?

Prendre des cours, n’est pas tellement dans leurs moyens, ni dans leurs désirs…

Aussi, certaines maisons développent des produits plus légers, plus frais, très sur le fruit, avec beaucoup de douceur, pour séduire les jeunes consommateurs.

by-night.jpg

lubie_edited.jpg

nayandei_edited.jpg

toupie.jpg

By Night par France Boissons

Lubie

Nayandei, créateur de vins

 Toupie or not toupie


D’un coté, je trouve l’idée intéressante, et d’un autre, il me semble que ce n’est qu’un moyen de plus de faire de l’argent....


J’ai eu l’occasion de goûter  certains de ces produits, malheureusement c'est très différent du vins. Le résultat obtenu est tellement technologique, il correspond plus à une exigence marketing, qu’au but d’éduquer les jeunes au vin. Ces produits très faciles à consommer, sont plus proches des jus de fruits, que du vin. Donc, quand un jeune boit ça comme du petit lait en oubliant que c’est de l’alcool, déjà d’une, ça ne le responsabilise pas de son choix de consommation, d'autre part le jour où il goutera du vin, je pense qu’il n’aimera pas, à cause du décalage gustatif entre les deux. On veut les initier, de façon détournée mais pas à la réalité, puisque le but n’est pas vraiment qu’il consomme du vin plus tard, mais plutôt qu’ils soient aptes à consommer les vins standardisés qui sont créés aujourd’hui.

Ainsi, on ne les éduque pas à la connaissance, à la critique, à l’expérience, mais à la consommation que ceux, qui ont le pouvoir, recherchent.

Plus on les endoctrine jeune, plus ils seront obéissant dans l’avenir...


Alors, je critique et qu’est ce que j’aurai à proposer de mieux, n’est ce pas ?
Pour ma part, je crois qu’il n’y a rien à faire, il faut laisser les jeunes choisir, se responsabiliser, si le vin les intéresse, ne tient qu’à eux d’avoir la démarche qu’il faut.

( Voir l'article : Et si le vin était une boisson pour gens matures ? )

 
Alors quelle serait-elle, la bonne démarche ? 
Privilégier la consommation occasionnelle, par exemple entre amis, puisque le vin est convivial. 
Ne pas boire pour boire, histoire d’être conscient que le vin c’est de l’alcool, donc on n'en abuse pas. 
Donner du sens à sa consommation, mettre en avant la découverte, l’expérience, le partage.

 

Le vin c’est comme apprendre à jouer d'un instrument de musique, cela demande de l’entrainement, des efforts, du recul, de la mémoire, de l’écoute, de l’observation, et de la patience… On ne peut pas faire croire aux consommateurs, que l’on peut apprendre, comprendre et connaître les vins en quelques séances d’initiations, cours ou ateliers de dégustation….C'est impossible ! 

Et la dernière question importante est : Est ce primordial ? 
Le vin c’est propre à chacun, c’est un parcours individuel, je pense sincèrement que le meilleur enseignement vient de la vie, de l'apprentissage dans le temps. On peut commencer tôt, on peut commencer tard, peu importe, mais il faut que cela vienne de soi, pour que l’on s’enrichisse vraiment et que cette démarche perdure.

Rien ne peut remplacer l’expérience, et pour conserver notre patrimoine viticole, il faut que les futures générations conservent leur autonomie face aux choix de consommation des vins. Qu’ils puissent rester ouverts, critiques et indépendants !

Jeunesse, fait les bons choix, même si'ils ne sont pas les plus faciles...

 


Bonne journée

 


 

Rédigé par Emilie Merienne

Publié dans #Mondialisation

Commenter cet article

Kactusss 17/03/2009 14:28

Bonjour. Emilie a bien raison d'aveur peur de l'avenir que l'on prépare aux jeunes en leur fabriquant ces substitus de vins. Ca me rappelle la première émission de Jean-Pierre Coffe à la télévision. Le pauvre avait voulu faire un blind-test sur la purée en prenant des jeunes dans le public. Résultat : ils avaient tous désigné la bonne purée comme étant la purée Mousline. Quant à la vraie purée réalisée par un chef, ils ne l'avaient pas trouvé formidable !!! C'est ce que ces industriels nous préparent avec leurs vins technologiques.... "De la merde" pour paraphraser quelqu'un !!!

Stéphane Boutiton 20/05/2008 16:23

Bonjour Emilie,
Je viens de lire votre article sur "le vin et les 20-30 ans, où je vous trouve un peu catégorique. En effet la quasi totalité des" jeunes " que je rencontre sont trés friand de cours simples et ludiques sur le vin.Je vous rappel que si le goût du vin a changé,c'est parceque les consomateurs ne sont plus en harmonie avec les "anciens" goûts,qui pour la pluspart (les goûts) été des erreurs de vinification, que l'on faisait passer pour le fameux "goût de terroir".
En ce qui concerne votre phrase"ça ressemble à tous sauf à du vin" manifestement vous n'avez pas goûté les vins "toupie"; ils viennent tous de propriétaires récoltants,la mise est faite au château ou au domaine,les assemblages sont faits par mes soins avec passion,et une grande humulité, qui est indispensable lorsque l'on est face au vin.
Pour terminer je souhaiterai avoir votre definition du "connaisseur"?
Le vin, tel que vous en parlez, est il reservé à une "élite" qui sait ?
Pour ma part, un connaisseur doit tout goûter sans préjuger et ne pas imposer son avis,sinon, à ce moment précis, il standardise le vin...
Cordialement,
Stéphane Boutiton.

Emisommeliere 30/05/2008 13:03


Bonjour à Tous vous trouverez ma réponse dans l'article : "Rapport  d'échanges sur des propos qui dérangent..." le lien est : http://labivin.over-blog.com/article-20017966.html