Bouchons en liège naturel, ou non ?

Publié le 29 Mai 2016

Pour suivre à l’article « quelle est l’origine du goût de bouchon », je souhaitais vous rassurer un petit peu concernant les différents bouchons existants aujourd’hui.
 

De nos jours, une grande partie de nos chênes français ont été détruits, sans que l'on est replanté suffisamment tôt et en quantité suffisante. Désormais, nous replantons, mais l’époque des chênes centenaires est révolue. Aussi, les chênes sont abattus plus jeunes qu’auparavant, et la qualité du liège s’est légèrement détériorée. Le volume de bouchons de liège, produit en France, a fortement diminué, et il a fallu trouver des solutions pour s'approvisionner.

 

Pour palier à la baisse de la production, tandis que la demande de bouchons liège augmentait, l’importation fût la première solution. En grande majorité, les bouchons liège qui sont utilisés en France, proviennent du Portugal. Mais le Portugal ne fournit pas que la France, il fournit l’Europe principalement, et il arrive qu'il ne puisse répondre à toutes les demandes.

C’est pourquoi, depuis plusieurs années, sont apparus les bouchons en polymère et les capsules à vis.  

L'élargissement de la gamme des bouchons permet de proposer des possibilités qui n'existaient pas, il y a 30-40 ans.

 

Nous avons été nombreux à nous questionner sur les conséquences de ces nouveaux modes de bouchage.

 

Comme je vous en ai fait part dans l’article : « Cave à vins, pour ou contre les vins de garde », il existe de moins en moins de vins de garde, et quand bien même, nous ne les gardons plus…

Hors, de nombreux tests confirment que le bouchon liège est considéré comme le meilleur choix de bouchage pour conserver le vin. A titre informatif, les grandes maisons viticoles, qui conservent dans leur cave de très vieux millésimes, changent les bouchons en moyenne tous les 20 ans. Il faut savoir que le vin pendant ces 20 années, s’est légèrement réduit, et qu’il y a par conséquent une petite perte du volume en bouteille.  Aussi, il profite de cette opération de renouvellement de bouchons pour re-remplir les bouteilles, avec le même vin, bien évidemment.


Donc, le bouchon en liège n’ayant d’intérêt que dans le cas que je viens de vous présenter, il n’y a pas de soucis à se faire, pour les vins qui sont consommés dans leur jeunesse et qui sont bouchés par des bouchons en polymère ou avec des capsules à vis.
Nous pouvons faire confiance aux vignerons, ceux qui produisent des vins de qualité font le choix d'utiliser des bouchons en liège.
 

Bonne journée

 

Rédigé par Emilie Merienne

Publié dans #Tout et rien...

Commenter cet article

Lounis 06/08/2013 16:01

Nous recherchons un partenaire Français disposant d'atelier de fabrication de bouchons,rondelles,et granule

Philippe MARGOT 22/03/2012 08:16

A mon avis, il manque dans cet article et ses commentaires l'approche du procédé DIAM consistant à créer des bouchons en liège reconstitué dont toutes les particules ont préalablement été traitées.
Ce système de purification des particules au gaz carbonique avant la reconstitution d'un bouchon a fait ses preuves et nous avons assez de recul maintenant pour affirmer qu'il a éradiqué le goût de
bouchon. Une finition en surface lui donne maintenant l'aspect extérieur à la vue et au touché du liège naturel. Pour en savoir plus :
www.cepdivin.org/articles/phmargot015/04.html
Bonne journée Emilie !

lambert 26/08/2008 19:33

les differents

Antoine Nunes 06/06/2008 16:16

Bonjour Emilie
Permettez-moi de vous apporter un commentaire sur vos interrogations exprimées sur votre blog.
Je connais bien à la fois le liège, les bouchons et la bouteille, je suis un ancien verrier et ai déposé quelques brevet concernant des applications du liège dont un nouveau type de bouchon en liège naturel.
Tout d'abord je précise que le liège produit actuellement dans les divers pays suffit à boucher les quelques 15 milliards de bouteilles produites dans le monde, il n'est pas nécéssaire d'avoir recours à d'autres types de matières mais.
L'entrée d'autres matériaux est dûe au fait que pendant une quinzaine d'années le prix du liège a augmenté de manière anormale, c'est à dire sans aucune justification économique, aucun marché n'accepte d'être ottage de comportements spéculatifs......
L'entrée de polymères (plastiques) s'est produite à une époque où le prix du pétrole était abordable ce qui n'est plus le cas,par ailleurs les recherches toxicologiques n'existaient pas encore, quant à la capsule à vis elle est une vieille recette les bières Valstar en conditionnement d'un litre étaient bouchées par une capsule à vis dans les années 60.
Le motif avancé par les utilisateurs des ces deux solutions est le risque de "goût de bouchon" qui certes quant il se produit est grave économiquement mais gênant du point de vue de la santé.
Les solutions alternatives adoptées ne suppriment pas le risque de "goût de bouchon" si le stockage et la mise en oeuvre à l'embouteillage n'est pas soigné, et apportent des risques gravissimes au point de vue de la santéJe m'explique:
Le Plastique allez sur internet et tappez Phtalates qui est un plastifiant utilisé pour donner de la souplesse au matériau, ce platifiant migre dans l'eau et pourquoi il ne migrerait pas dans le vin?
La capsule à vis elle est associée obligatoirement à un pas de vis moulé sur col de la bouteille, cette modification ocasionne des défauts crittiques "glassures" en très grand nombre ce défaut est très difficile à detecter par les machines de tri à grande vitesse il y a donc un grand nombre qui risque de passer, lors de l'embouteillage la capsule est vissée par un volant de serrage automatique si son reglage est trop fort il fait éclater le pas de vis à l'intérieur, ce qui est invisible, des éclats de verre risquent alors de tomber dans le vin et être absobés par le consommateur du vin.
Par ailleurs le coût des ces solutions alternatives n'est pas compétitif, il est d'environ 0,10/0,13cts d'€ pièce à ce prix l'on peut trouver des bouchons apportant des garanties de non contamination organoleptique.
Voilà mon point de vue mais au plaisir d'échanger avec vous sur ce sujet.

Kathryne 07/05/2008 08:53

Chère Emilie, je suis parfaitement en accord avec vous. Les producteurs qui font des vins se consommant jeunes savent bien que le bouchage au liège n'est pas d'une grande utilité, et à un coût supplémentaire.

(Petit message personnel que je vous laisse enlever sur le commentaire final, votre dernière phrase me choque un peu... "Nous pouvons faire confiance aux vignerons, ceux qui produisent des vins de qualité utilisent des bouchons en liège."
Dans la logique de ce que vous avez écrit, j'aurais plutôt dit "Nous pouvons faire confiance aux vignerons, ceux qui produisent des vins de GARDE utilisent des bouchons en liège."
Avec toutes mes excuses pour cette remarque...)

Amicalement,
Kathyne

Emisommeliere 10/05/2008 09:37


Bonjour Kathrine, j'aime à penser qu'un vigneron précautionneux se démarque sur ce genre de détail... Un vin avec un bouchon en liège n'est pas un critère de qualité, mais celui qui utilise des
bouchons en liège a un minimum de principes, et cela me convient bien ainsi...