Attention à la consommation d'alcool pour les PRO !

Publié le 17 Mai 2008

J'avais déjà fait un petit peu de prévention contre les danger de l'alcool pour les consommateurs, en les informant des volumes et de la régularité de consommation à éviter pour ne pas prendre le risque de créer une dépendance à l'alcool.  Voir l'article "Le vin = Alcool". 
Mais hier on m'a posé une question qui m'a fait réagir et du coup j'avais envie d'avoir une pensée très spéciale... Mais quelle est cette question?  j'y viens.

On m' a demandé de quelle manière éviter et prévenir l'alcoolisme pour les maîtres de chai ou oenologues qui goutent de nombreux vins lors des vinifications et des élevages, pour les suivis, traitements, assemblages et autres... Et je n'ai pas de réponse à cela bien évidemment. J'ai émis la possibilité qu'il y ait une forme de "dépistage" de l'alcoolisme pour les professions qui touchent de près ou de loin à l'alcool mais est ce réalisable, je ne sais pas...bref.

Toujours est-il que nous parlons toujours de prévention pour les consommateurs et nous oublions souvent que les premiers touchés par l'alcoolisme sont les gens qui travaillent avec l'alcool. Les patrons de bars, les barmans, les commerciaux, les sommeliers, les vignerons, les oenologues....Nous goutons régulièrement pour différentes raisons, éventuellement nous apprécions l'alcool, donc nous avons les produits, les occasions et les "excuses" pour consommer. Aussi, si nous ne nous responsabilisons pas, la porte est grande ouverte à la naissance de la dépendance à l'alcool.

En ce qui me concerne, je n'aime pas l'alcool, donc je n'y trouve pas de plaisir et par conséquent je n'ai pas de tentation puisque ce n'est pas quelque chose d'agréable pour moi, mais pour ceux qui aiment son goût et les sensations qu'il provoque, la tentation est très forte et quand on prend du plaisir à cela pourquoi se le refuser ?
Cette étape franchit, tout peut arriver...
Je suis issue de la restauration, j'ai eu des patrons, des collègues alcooliques, j'ai des connaissances de vignerons qui le sont, ainsi que des rencontres amicales (oenologues), j'ai aussi rencontré des commerciaux qui goutaient des vins partout où ils passaient, ils finissaient leur journée dans un drôle d'état...bref on y pense pas toujours mais travailler près de l'alcool est une profession à risque, parce que la nature humaine peut être faible et que l'ivresse au début est si douce, on s'y perd, on s'y oublie et certains rêvent d'y rester pour toujours, sauf que ce n'est pas la réalité, ce n'est pas la vraie vie au contraire c'est l'enfer pour soi et pour ceux qui nous aiment et nous voient nous détruire à petit feu....
D'autre part, on a tendance à croire que l'alcoolisme se soigne mais ce n'est pas le cas.

Je voudrais rappeler aux établissements qui servent de l'alcool que l'on ne doit pas servir de l'alcool à quelqu'un qui est déjà en état d'ivresse, notre rôle n'est pas que de vendre, respecter un être humain et lui vouloir du bien serait une bonne chose, pousser à la consommation c'est enfreindre la loi et c'est aider quelqu'un à se détruire, soyons plus responsable et responsabilisons les consommateurs également !

Ces questions sérieuses ne sont que peu évoquées avec le vin, on dit souvent c'est du vin, pas de l'alcool, mais si c'est de l'alcool et c'est important d'avoir conscience des risques que l'on encoure face à une mauvaise consommation. C'est important aussi de ne pas inciter constamment à la consommation...

Sujet un peu dur pour le week end mais nécessaire !

Consommez avec modération !

Rédigé par Emisommeliere

Publié dans #Conso Vin - Prévention et Santé

Commenter cet article

Hub 22/05/2008 22:08

Bonjour,
Encore un point de vue très sensé et très sensible, merci d'avoir mis le doigt sur ce phénomène souvent occulté. J'ai d'ailleurs souvenir d'un patron de bar qui était "son meilleur client" : son établissement n'a pas fait long feu ...
La prévention (et l'aide, si la prévention n'a pas suffit) passe, à mon avis, aussi par la médecine du travail. Les médecins du travail sont-il aujourd'hui suffisamment attentifs à cette problématique pour les "travailleurs de l'alcool" ?

Kathryne 18/05/2008 15:21

Tous ces risques existent bel et bien.
Ceci dit, les professionnels sont conscients de ceci, et sont ainsi amenés à recracher lors de dégustations. Et heureusement ! Imaginez une dégustation d'échantillons de 10 ou 15 vins sans recracher... L'analyse des derniers ne serait pas objective...

lory 18/05/2008 12:16

bonjour et bienvenu chez les gourmands/es!