Pourquoi voulons-nous convertir les non-initiés, au vin ?

Publié le 29 Janvier 2014

Parmi les consommateurs de vins, la majorité se contente de consommer, sans se poser davantage de questions...
Je m'aperçois au fil de mes rencontres professionnelles, que de nombreuses personnes se positionnent pour convaincre les néophytes de se convertir au « savoir » du vin...

Plusieurs idées, plus ou moins originales, ont été crées pour initier ceux qui n'ont pas une démarche envers le vin.

Alors pourquoi souhaitons-nous convertir les non-initiés au vin ?
Sans être hypocrite, sans doute pour des raisons financières, ce marché est très porteur en termes de volume et d'avenir. Mais pas seulement, nous avons tous une démarche, plus ou moins sincère, nous aimons le vin et nous voulons le partager.  Nous savons que pour mieux consommer, il faut comprendre la complexité du vin. Mais cette dernière est la principale raison qui décourage les non-initiés… Trop d’informations, trop de contraintes, trop d’efforts à fournir !

Nous aimerions que le vin ne soit pas élitiste, parce qu'idéalement nous voulons qu’il soit accessible aux plus grands nombres, mais entre idéal et réalité, il y a un décalage.

Tous les gens qui apprécient le vin à un « haut » niveau, vous diront qu'il leur a fallu des années d'expériences, pour se connaitre et connaitre un peu les vins.... Je dis un peu, parce qu'on ne les connait jamais vraiment.
Je pense que c’est cette réalité qui fait du vin un domaine élitiste. Non parce qu’il n’est pas accessible, mais parce qu’il l’est uniquement pour les plus motivés…

Je fais souvent la comparaison avec l'apprentissage d'un instrument de musique, tout le monde peut y avoir accès, mais si l'on ne choisit pas d'apprendre, on ne maitrisera jamais l’instrument.

Quand les gens veulent savoir et maitriser, sans apprendre, comment vous dire, il semblerait que cela soit impossible…

Donc le vin est un domaine, qui est très accessible pour les consommateurs d’alcool, et peu accessible pour ceux qui aimeraient avoir une démarche.

Voilà pourquoi tant de cours, de jeux, de blogs, et je ne sais quoi encore, se sont développés pour accompagner les non-initiés à s’initier.

Arrive-t-on à démocratiser le vin ? je l’espère, arrive-t-on à convertir les non-initiés ? je l’espère aussi…

Dans quel but ? dans l’espoir qu’ils deviennent des consommateurs avertis, éduqués, « connaisseurs », pour qu’ils ne consomment pas du vin comme alcool, mais avec un intérêt supérieur… Avec l’espoir, qu’ils différencient les vins standardisés, des vins d’artisans-vignerons, qu’ils participent à préserver la diversité des vins et qu’ils transmettent à leur tour leur passion du vin…

Alors ça fait beaucoup d’espoir, mais n’est ce pas ce qui fait avancer le monde ?

Bonne journée


Rédigé par Emilie Merienne

Publié dans #Mondialisation

Commenter cet article

Florian Mercandelli 22/05/2008 12:57

Bonjour,
Je comprends tout à fait ton point de vue, cependant, j'y apporterai quelques bémols. Comme toi, je lutte, chaque jour, chaque verre, chaque bouteille ouverte, afin d'expliquer le vin, et pourquoi je m'y interesse autant. La frustrastion est cependant fréquente, bien plus que les satisfactions. Surtout auprès des jeunes adultes.
Je constate deux attitudes:
La premiere, la plus frequente, qui se resumerait facilement au vieil adage: qu'importe le flacon (et son contenu) pourvu qu on ai l'ivresse, ou pour le moins le plaisir qu on en attend. Ainsi, les vins commercialisés par les negociants sont souvent lisses et standardisés, "fruités" et de plus en plus sucrés (l exemple du gewurzt et du pinot gris en alsace est frappant) ou alors a bas prix et franchement, comment s y interesser?
L'autre est l'approche du vin plus sensée, et comme tu le souligne, les soirées degustations augmentent. Mais là, il faut y mettre le prix, ce qui rebutte les petites bourses, ou ceux qui n y portent qu un interet relatif.


Pour reprendre ton exemple, si tous le monde ecoute de la musique, combien jouent reellement d un instrument?

Par contre je ne suis pas d accord sur l'excellence. Si effectivement, nombreux sont ceux qui "tendent" vers un vin standart qui plaira au plus grand nombre, il rest encore de nombreux irreductibles qui produisent des vins originaux et particulirement reussis. Mais la aussi, il faut souvent y mettre le prix, ce qui ne les met pas à portée de tous... d autant qu une des dernieres etudes d un bureau MKT du bordelais montre que le 1er critere d achat du vin en grande surface est ... le prix!
CQFD.

A bientot,
florian