La Viticulture au Château de Villars-Fontaine

Publié le 15 Août 2008

Les vignes du Château de Villars-Fontaine bénéficient d’une excellente exposition. Agées de 30-35 ans,  elles furent plantées dans les années 70,  par Bernard Hudelot, natif de Villars-Fontaine.


Le Château de Villars-Fontaine attache beaucoup d’importance à la culture de la vigne et rappelle que : «  85 % du millésime s’obtient à la vigne et non par l’apport de produits œnologiques diverses et variés (Enzymes, levures, saccharoses, tanins….) »

 

Après un combat acharné auprès de l’INAO, les Hautes Côtes, peuvent enfin mettre en avant une particularité qui fait aujourd’hui leur grande force.

 

La vigne est aujourd’hui conduite de façon «Haute et large » avec une densité de plantation de 3300 pieds / ha, correspondant à un écartement de 3 m entre les rangs et de 1 m entre les pieds.

 

Par ailleurs, le palissage est doté d’un système dit « en triangle » permettant de limiter au maximum le phénomène d’entassement de végétation et de réduire considérablement les intrants au vignoble. Soit la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires, avec une totale absence de toutes applications contre la pourriture grise, caractérisées comme très toxiques.

 

A cela s’ajoute un usage réfléchi des produits fongicides, de façon à uniquement opter pour des produits dit « de contacts et pénétrants » et non « des systémiques » car véhiculé par la sève, ils peuvent dans la majorité des cas, engendrés des résidus phytosanitaires dans le vin. Les produits phytosanitaires peuvent être de « contact » : c'est-à-dire qu’ils restent en surface de la feuille, « pénétrant » : c'est-à-dire qu’ils pénètrent dans la feuille et « systémique » : c'est-à-dire qu’ils circulent à travers la sève.

 

De plus, il faut savoir que le domaine raisonne également la charge laissée à la taille afin que le rendement n’excède pas 35-38 hl /ha dans le but de garantir la meilleure matière première possible.

 

Le domaine a également choisi d’enherber la partie située entre les rangs, pour concurrencer la vigne, en termes de vigueur mais également pour limiter les foyers de contamination et la propagation des maladies.

 

Les travaux en vert soit :


● L’ébourgeonnage,
Définition : L'ébourgeonnage est une opération effectuée sur la vigne après le débourrement. Elle consiste à supprimer certaines pousses indésirables situées sur le courson ou le bois de l'année précedente. Le viticulteur se fixe un nombre de départ de rameaux par pied et passe dans toute la parcelle pour supprimer les pousses en trop. Cette action est souvent combinée à l'épamprage, qui consiste à supprimer toutes les pousses ayant démarré sur le vieux bois.


● Le relevage,
Définition : Redresser les branches, toutes dans le même sens pour créer les rangs.


● L’épamprage,
Définition :  L'épamprage est une opération horticole consistant à débarrasser un cep de vigne des pampres afin de favoriser la maturation des branches fruitières porteuses de raisin.

Définition : Pampre, c'est une tige de vigne portant ses feuilles, ses vrilles et, souvent, ses grappes de raisin. C’est aussi le nom du gourmand de la vigne.


● Le rognage,
Définition : ne rien laisser dépasser des rangs de manière à ce que ce soit propre.


● voire l’effeuillage,
Définition : En viticulture, l'effeuillage consiste à enlever les veilles feuilles (sénéscentes) afin de favoriser l'éclairement des grappes.

Cela permet une meilleure maturation des baies et diminue les risques d'apparition de certaines maladies cryptogamique.

L'effeuillage peut être effectué de manière manuelle, mécanique ou thermique.


● et l’éclaircissage,
Définition : L'éclaircissage est un mode de sélection naturelle ou artificielle consistant à supprimer les plants d'un semis ou les fleurs ou les fruits d'un arbre pour favoriser la croissance des autres.
Chez certaines espèces, il est fréquent que 95% des fleurs soit sacrifié naturellement pour assurer la viabilité et la qualité des 5% restants.


Ces travaux s’effectuent en fonction du millésime et  prennent une place fondamentale dans le quotidien du château de mai à la récolte, pour arriver à obtenir la maturité phénolique recherchée.

 

Les choix stratégiques opérés depuis toujours par le domaine ont une incidence directe sur la qualité du raisin et sur la santé des consommateurs.

 

Depuis peu, le Château de Villars-Fontaine s’est engagé dans le projet A.T.S Authenticité, Traçabilité et Sécurité, sous l’appui d’IBM et de l’Imprimerie Nationale. Ce concept doit conduire à une plus grande sécurité pour le consommateur final et une traçabilité plus précise des différentes étapes d’élaboration des vins authentiques.

Bientôt suivra un article sur les vinifications pratiquées au domaine...

 

Le Dossier Château de Villars-Fontaine

Rédigé par Antoine Laisney

Publié dans #Tout sur le Château de Villars-Fontaine

Commenter cet article