Les Bouchons du Château de Villars

Publié le 4 Octobre 2008

 

Le Bouchon en liège a traversé les siècles, sans prendre une ride, mais depuis quelques années, il subit la concurrence des bouchons synthétiques et aujourd’hui, celle des bouchons à vis.

 


Il est reconnu, que le bouchon en liège est responsable des T.C.A (2, 4, 6, trichloroanisoles) ou dans quelques rares cas, de la présence de molécules similaires, également chlorées, coupables du goût de bouchon.

 

La qualité des bouchons étant de plus en plus contestable, pour le coût de ces derniers, il devient difficile de s’approvisionner dans des conditions acceptables.

 

Afin de palier aux défauts des bouchons en liège actuels, et pour diminuer les risques du goût de bouchons, le Château de Villars a créé en 1998, un système de désorption, qui consiste, de manière imager, à aérer les bouchons, dans le but d’évacuer toutes molécules négatives pour le bouchon et le vin.
 
Pour ce faire, les bouchons sont placés dans des caisses plastiques ajourées, pendant une période d’un an minimum. Ces caisses sont entreposées dans une pièce close, de quelques mètres carrés, où fonctionne un système d’aspiration continue. Durant ce cycle, une personne vient régulièrement (1 fois par semaine) remuer l’ensemble des caisses plastiques afin que tous les bouchons soient aérés efficacement.Tout au long de cette période, le flux d’air constant permet d’aspirer les molécules responsables des déviations microbiennes. Il faut environ 1 an pour qu’1 cm de liège soit désorbé efficacement.

 

Bien évidemment, il existe d’autres systèmes, d’autres méthodologies, pratiquer par les bouchonniers et vignerons, mais aucune n’est aussi soigneuse, que celle choisie par le Château de Villars.

 

Leur système est exclusif et unique.

 

Leur consommation annuelle de bouchons est d’environ 100 à 120.000 bouchons.

Juste avant la mise en bouteille des vins, les bouchons sont renvoyés chez le bouchonnier afin de subir un traitement de surface qui va permettent la bonne étanchéité du bouchon et sa tenue au cours du vieillissement.

 

Ce processus de désorbage a montré ses preuves puisqu’il n'y a plus ou peu de vins bouchonnés.


Bonne journée !

Le Dossier Château de Villars-Fontaine

Rédigé par Antoine Laisney

Publié dans #Tout sur le Château de Villars-Fontaine

Commenter cet article