La micro-oxygénation...

Publié le 18 Mai 2012

Qu’est-ce la micro-oxygénation ?

Sans entrer dans les détails, c’est avant tout l’apport d’oxygène dans le vin lors des cuvaisons, élevages ou vinifications…

 

Une étude a été menée pour savoir quel genre de conclusions, nous pouvions retirer de cette méthode.
 

Personnellement, ma petite expérience m’a fait conclure, que les vins issus de cette méthode manquent de caractère personnel, et donne des vins assez lisses avec peu de particularités.

Pour tout vous dire c’est l’une des méthodes que j’accuse de standardiser les vins, et de les rendre technologiques.

Maintenant que vous connaissez mon opinion nous allons voir ce qu’il en ressort…

 

1er constat : « il semblerait que le  principal impact analytique de la micro-oxygénation concerne l’intensité colorante des vins ; elle augmente dans 40% des cas. »

 

Ce 1er constat expliquerait que nous rencontrions de « grands bourgognes » de couleur noir opaque ; même si le Pinot Noir peut donner des vins dont la couleur sera intense, il n'en demeure pas moins qu'il conserve une certaine perméabilité à la lumière, sa chair étant assez légère naturellement... Donc ce n'est pas dans sa nature d'être plus noir que rubis dans jeunesse, et surtout de ne pas laisser pénétrer la lumière avec brillance et éclat....

 

2ème constat : « La micro-oxygénation atténue le caractère végétal de certains vins, ce phénomène est observé surtout sur les vins jeunes »

 

Soit, mais encore, qu'en retirer ? Le caractère végétal est il un aspect négatif du vin, c'est ce qu'ils sous-etendraient.... Comme je dis souvent, il faut nuancer, il y a des facteurs végétaux négatifs et il y en a qui ne le sont pas, alors de quoi parlent-ils exactement ?

 

Ils disent aussi : « Dans 55% des cas, nous observons une amélioration sensorielle. Elle concerne notamment la structure tannique des vins.»

Cette donnée est subjective, dans la mesure où nous ne pouvons pas définir si l'amélioration concerne une augmentation ou une diminution de la structure tannique, voire une modification autre... Aussi nous ne savons ni de quelle améliioration il s'agit, ni quel était le vin au départ et s'il avait fondamentalement besoin ou non de cette "amélioration"... 

 

Dernier mot : « Cette technique est-elle applicable dans tous les cas ? En condition maitrisée, la micro-oxygénation induit soit une amélioration du vin, soit aucune différence par rapport à l’élevage traditionnel. Mais elle ne déprécie pas les vins. Pour autant, elle n’est pas toujours utile, cela s’est avéré dans la plupart de nos essais sur le millésime 2005. »

 

Je ne suis pas sure que la réponse réponde à la question, ne voyant pas les arguments scientifiques qui attesteraient d’une quelconque amélioration du vin ; certes la micro-oxygénation a des conséquences, mais aucune étude ne démontre que ces conséquences soient appréciées par tous les consommateurs et définies comme un changement meilleur. Cette méthode ne « déprécie » pas le vin ; cela est subjectif. Quant à la notion d'utilité, si "l'utilité n'est pas toujours avérée", alors quand l'est-elle et pourquoi ?

 

Aucune autre affirmation ne sera soutenue dans cet article. Je me demande pourquoi parler d’une étude dont aussi peu de résultats sont présentés. A moins qu'ils possèdent d'autres résultats, qui ont été jugés "inintéressants"...

 

Je finirai en soulignant quelques remarques des spécialistes sur le sujet.

J’adore celle de Laure Cayla qui dit : « Globalement on constate une perte de la typicité et des arômes fermentaires, parfois la complexité et la sucrosité des vins augmentent... »

Sur le commentaire de Pascal Poupault, je retiendrai : « on a gagné en intensité aromatique, malgré une légère perte en fraîcheur […] la sensation d’amertume et d‘acidité est atténuée par la micro-oxygénation, elle renforce la sucrosité. »

 

Je défends les vins de terroirs et de caractères, dont on revendique la personnalité... Je regrette que sous-couvert d'ignorance ou de raisons marchandes, des vignerons choisissent de gommer le caractère des vins, grâce à certains choix oenologiques, et tuent progressivement la diversité… Malheureusement, il n'y a pas qu'une méthode pour standardiser les vins, il existe différentes combinaisons qui mènent à ce résultat, aussi même si la micro-oxygénation peut y participer, elle n'est pas la seule responsable, je pense...

Grâce à l’article du magazine la Vigne n° 204, j'ai saisi l'occasion de vous parler un peu de ce sujet…

 

Bonne journée

Rédigé par Emilie Merienne

Publié dans #Dans le Chai - Oenologie...

Commenter cet article