Les catégories de thés...

Publié le 11 Mai 2015

 

Chapitre 1, pourquoi le thé, sur un blog de vin

 

Chapitre 2, le thé, histoire, culture et fabrication…


Chapitre 3 : Les catégories de thés…

 

Thé jaune : le plus fin et souvent le plus rare des thés. Très délicat, il subit une légère fermentation à l'étouffée et ses feuilles ne sont pas travaillées. Seuls les bourgeons duveteux sont utilisés.

 

Thé blanc : il ne subit aucune fermentation. Les trois premières feuilles, dont le bourgeon, peuvent être présentes entières. Elles sont simplement séchées à l'air libre.

 

Thé vert : il n’est pas fermenté, mais il subit les autres opérations qui suivent. Il conserve de grandes qualités naturelles.

- Gunpowder : thé vert d'origine chinoise. Ce thé est fabriqué de telle manière qu'il forme de petites boulettes très dures. Cette forme et sa couleur vert très foncé lui ont valu cette appellation qui signifie en anglais « poudre à canon ». Ce thé, de faible qualité, est célèbre car c'est celui qui est utilisé pour la préparation du thé à la menthe dans les pays du Maghreb.

- Thé au jasmin : thé vert auquel sont ajoutées, lors de l'oxydation des fleurs de jasmin. Il en reste un peu comme décoration.

 

Thé semi-oxydé : d'origine chinoise ou taiwanaise (Formose), couramment appelés Oolong. Ils sont également désignés en Chine, grâce à leur couleur : « bleue-verte ». La fermentation est courte, de 12 à 20% en Chine, tandis qu’elle est de 60/70% à Taiwan.

 

Thé rouge : les Chinois nomment thés rouges ce que les occidentaux appellent thés noirs. La couleur rouge correspond en fait à celle de l'infusion et non à celle des feuilles.

D'autre part, le thé rouge vendu en Europe est généralement la dénomination donnée improprement à une plante, différente du thé, poussant en Afrique du Sud, le rooibos (Aspalathus linearis), qui ne contient pas de caféine et peu de tanins.

 

Thé post-fermenté : ils sont appelés en Chine, thé noir, en raison de la couleur très sombre de leur infusion. Peu connus en Occident, ils y sont parfois désignés par le terme de thé sombre. Le plus célèbre d'entre eux est le thé Pu-erh, originaire du Yunnan. Les thés post-fermentés sont des thés qui ont connu une oxydation non enzymatique différente de celle des thés noirs. Ce type de thé est désigné en Chine comme "cru". Les thés post-fermentés ont la particularité de se bonifier avec le temps : leur âge est ainsi un élément essentiel de leur prix. Ils ont un goût très particulier : terreux, évoquant le cuir, les feuilles humides ou les champignons. L'infusion est particulièrement âcre chez les thés jeunes (surtout pour les "cuits") ; elle s'adoucit et s'enrichit en vieillissant.

 

Le thé noir : communément commercialisé en Occident.

- Darjeeling : Assam et Nilgiri : thés noirs originaires des régions du même nom en Inde où la culture du thé fut importée par les Britanniques au XIXe siècle.

- Ceylan : thé noir originaire du Sri Lanka, pays dont l'ancien nom est Ceylan.

- Lapsang Souchong : thé chinois de la province du Fujian. C'est un thé noir dont les feuilles sont placées dans la fumée d'un feu d'épicéa ou de cyprès, ce qui lui donne

- Earl Grey : thé noir parfumé à l'essence de bergamote.

 

Les thés parfumés ou aromatisés

Une fois les feuilles de thé préparées, des additifs peuvent être utilisés pour parfumer le thé avant son infusion. Cela peut être des fleurs (jasmin, rose), des essences (bergamote, citron) ou bien encore des épices (gingembre, cardamome, cannelle, poivre noir, clou de girofle, muscade). Les thés parfumés ou aromatisés peuvent être produits à partir de n'importe quel type de thé : vert, blanc, noir ou même post-fermenté. En Occident, le plus souvent, ces arômes sont ajoutés à un thé noir.


Voilà c'est fini pour mon écart "thé"... Bonne journée à Tous.

Rédigé par Emisommeliere

Publié dans #Hors sujet - Clin d'oeil...

Commenter cet article