La Biodynamie, sa pratique...

Publié le 9 Avril 2017

       Nous avons présenté précédemment les préceptes philosophiques de la biodynamie, qu’en est-il de son application concrète ?

 

La bio-dynamie repose sur 3 produits fondamentaux, soit 3 préparations spécifiques, que sont :

-          le compost de bouse

-          la préparation bouse de corne

-          la préparation silice de corne

 

Ces préparations avant utilisation doivent être dynamisées. C'est-à-dire qu’elles sont mises dans de l’eau, où elles sont brassées, d’abord en tournant dans un sens, cela crée un entonnoir dans l’eau, puis dans l’autre sens, le tout durant un temps déterminé. Alors pendant cette opération, s’établit un transfert de substances vers l’eau. C’est ainsi que l’on dynamise les produits.

 

1° Le compost de bouse

Rôle : Ce produit est destiné à la terre. Il soutient et renforce le processus de décomposition de la matière organique, pour y introduire la vie.

Composition : Bouse de vache, silice, et diverses plantes (millefeuille, camomille, ortie, écorce de chêne, pissenlit…)

Pratique : Il est répandu en gouttelettes, après une dynamisation de 20 min, le soir après 15h (G.M.T)

 

2° La préparation bouse de corne

Rôle : Elle agit sur les racines, qu’elle développe, pour mobiliser les éléments du sol vers la plante. La plante se nourrit mieux, elle devient plus résistante. Elle régule la circulation de la sève.

Composition : Corne de vache saine, que l’on remplie de bouse.

Pratique : Pendant l’hiver, elles sont enterrées dans le sol, où elles attirent les forces de vitalisation. Elle est également répandue sur le sol, après 1h de dynamisation, le soir à partir de 15h (G.M.T)

 

3° La préparation silice de corne

Rôle : Elle soigne l’atmosphère et assure la plante de capter la lumière. Elle favorise l’assimilation des oligos éléments par les feuilles.

Composition : Silice finement broyée, placée dans une corne de vache.

Pratique : Pendant l’été, elles sont enterrées, comme capteur naturel d’énergie.

Elle est aussi pulvérisée sur les feuilles au lever du soleil, après 1 h de dynamisation.

 

Ces 3 préparations sont fondamentales dans la méthodologie de la biodynamie, mais elles ne suffisent pas à protéger en totalité la plante des éléments perturbateurs.

 

Aussi, pour lutter contre certains champignons, est utilisé des produits naturels comme « la bouillie bordelaise » (sulfate de cuivre neutralisé à la chaux) contre le mildiou, le soufre -fleur- contre l’oïidium et des décoctions de plantes…

En supprimant les acaricides, on permet aux prédateurs des araignées de jouer leur rôle.

Et pour détecter les vers de la grappe, on place des pièges sexuels, qui attirent les papillons mâles.

 

La biodynamie est la version "aboutie" de l’agriculture biologique.

Elle exige une observation attentive du vignoble et respecte la nature dans sa dimension entière, corps et esprit et non seulement matière. En cela, elle se différencie et s’élève au dessus des autres pratiques culturales. Sa philosophie doit être intégrée, pour prendre sens dans les actes. Les contraintes sont lourdes, c’est pourquoi, il faut y croire pour la pratiquer.

 

C’est en 1924, que Rudolf Steiner, philosophe et scientifique autrichien, donna les orientations fondamentales, permettant à une agriculture malade de retrouver la santé, au cours d’une conférence. Ses conférences sont regroupées dans le livre « Fondements spirituels de la Méthode Bio-dynamique ».

Et c’est grâce aux travaux de recherches de Mme Maria Thun, que fût développé le « Calendrier des Semis ».

 

Bonne journée

 

Rédigé par Emilie Merienne

Publié dans #"BIO"

Commenter cet article