Réponse du Sénat, pour autoriser la Pub, sur le net !

Publié le 25 Juin 2009

Depuis le 5 juin, la Loi pour autoriser la publicité de boissons alcoolisées sur internet est confirmée, par le Sénat.

C’est une excellente nouvelle, que l’on attendait impatiemment.

Déjà priver de la possibilité d’expressions sur le média télévisé, il était important d’obtenir une marge de manœuvre concrète sur internet, afin d’avoir un minimum d’armes pour concurrencer les autres pays producteurs de vins.

Cette loi reste néanmoins, très encadrée. Seuls les sites de producteurs et distributeurs de boissons alcoolisées sont autorisés à communiquer sur ces questions. Les consommateurs ne doivent pas être mis en scène et la publicité doit également respecter les limites de la Loi Evin.

 

D’autre part, il fût confirmé l’autorisation pour les producteurs de vins, de faire déguster gratuitement leur vins.

Personnellement, je suis un peu déçue que cette question n’ait pas été débattue, pour ne pas causer de conflits avec les vignerons.

Oui, à la dégustation gratuite, pour goûter un vin ! Non, à la « dégustation-consommation » !

Pour moi, le problème n’est pas de goûter, mais d’avaler le vin au lieu de le cracher.

Cette mesure devrait être rendue officielle et obligatoire.

C’est cette action qui mènerait le consommateur à se responsabiliser.

Par la même occasion, cela contraindrait le viticulteur à éduquer sainement le consommateur, démarche rare, de nos jours.

 

Quant au sujet de l’interdiction de la vente d’alcools, sur autoroutes et le long des routes à 4 voies, il se conclue sur un rejet de la proposition, par le Sénat. Reste à débattre, malgré tout, des horaires de ventes d’alcools dans les stations services et autres points de ventes…

A ce propos, ayant vécu en Angleterre, il faut savoir que de l’autre coté de la Manche, la vente d’alcools, dans les supermarchés, est interdite après 22 h, je crois, et que cela se passe très bien. En découvrant ce principe, j’avais trouvé cela intéressant et apparemment, cela aide à prévenir contre les dangers de l’alcool.

Notre gouvernement s’inspirera-t-il de la réglementation anglaise ?

Affaire à suivre…

 

Bonne journée à tous !

Rédigé par Emilie Merienne

Publié dans #Vu dans la Presse...

Commenter cet article

Gabriel 10/07/2009 16:27

oui tout a fait d accord pour le manque de crachoir je trouve ca honteux et oui il est vrai que les gens derriere les stands ne disent rien dommage mais y aurait il une raison: peur de perdre un client , juste une hyphotese on ne sait pas comment pense les gens derriere les stands. et oui pour mes amis je leur fait tous comprendre la plus grande majorité deguste et crache mais il y a toujours un ou deux reticents donc bon voila mais bon

Gabriel 10/07/2009 15:44

je pense que l on s est mal compris,je suis tout a fait de ton avis et non je suis surtout pas le genre de professionnel qui pousse son client a la consommation, ce que je veut dire c est comment veut tu reussir a faire changer les gens nous y sommes je pense pour rien si les gens ne prennent pas conscience des risques qu il y a a trop deguster sans recracher dans les salons et ce genre d'évènement, car de la prévention a ce sujet il y en a deja beaucoup.

Emilie Merienne 10/07/2009 16:20


Re, et bien cela me rassure... Déjà, il y a peu de crachoir mis en place à mon goût, un pour 2 stands, ou un par stand est souvent juste. et je crois que la solution est aussi simple que d'ouvrir
la bouche. Nous devons inviter les gens à cracher, et si au bout du 3ème vin gouté à un stand la personne n'a pas encore craché une seule fois, il faut lui dire, Monsieur, Madame, nous avons mis à
votre disposition des crachoir, pour cracher, parce que nous ne sommes pas là pour consommer mais pour gouter. Et gouter n'exige pas d'avaler. C'est simple, mais je répète personne ne le fait pour
ne pas "être désagréable", ou pour ne pas faire remarquer que les presonnes boivent. Mais à parir du moment où on sert de l'alcool, on se doit d'être en partie responsbale, pas à 100% mais en
partie. Essayer c'est mieux que de ne rien faire. Et si après avoir prévenu les gens, ils continuent de consommer, alors là oui je suis d'accord on ne peut plus faire grand chose. Mais
personnellement, pour aller sur des salons de particuliers occasionnellement, je n'ai jamais entendu un responsable derrière un stand en parler ouvertement, avec simplicité. On les voit piccoler et
personne ne dit rien. Dans la prévention contre l'alcool et la défense d'une meilleure consommation, il y a globalement une énorme hypocrisie. Donc quelque part il ne faut pas s'étonner que l'etat
propose comme seule solution la répression, parce que à notre niveau, tout le monde fait l'autruche, et se repose bien et bien sur l'état pour faire leur boulot. Voilà ce que je dis. Vous me
parliez de vos amis, comment se fait il qu'à votre niveau vous ne soyez pas capable de leur expliquer que c'est une démarche saine et consciencieuse de cracher et que cela ne vexera pas le
vigneron, et que cela lui montrera bien au contraire qu'il font preuve de responsabilité. C'est toujours pareil si chacun faisait déjà à son échelle, cela aiderait, ça serait mieux que rien et
petit à petit cela ferait quand même avancer les choses.


Gabriel 10/07/2009 02:22

Bonjour je m appelle gabriel je suis aussi sommelier et je voulais revenir sur le fait de la degustation gratuite, oui c est bien si c est juste pour deguster mais tu dit que tout le monde devrait recracher mais il y a des gens qui ne se voit pas le faire, nous on a ete formé pour ca donc c est pas un probleme mes j ai des amis que j emmene dans des salons qui eux ne se voient pas recrache car ils pensent vexe le vigneron mais bon voila c est tout sinon ton blog tres bien continue ainsi

Emilie Merienne 10/07/2009 10:56


Bonjour Gabriel, c'est à cause de ce genre de propos que les gens sont mal éduqués, mal informés sur le vin. Si vigneron, sommelier, caviste et tout professionnel du vin, nous nous sentions
concernés à juste titre pour transmettre le vin avec certaines valeurs et principes, nous ne serions pas confrontés à autant d'irresponsablilités de la part des consommateurs. Mais personne ne veut
se mouiller et agir. Nous n'avons pas été formé à cracher mais à la dégustation organoleptique. Je ne vois pas quel est le problème à expliquer aux gens, que lorsque l'on goute plusieurs vins sur
des salons, ou foire, ou autre, qu'il est plus responsable de cracher, plutot que de consommer de l'alcool, sur des lieux qui ne sont pas des débits de boissons mais des lieux de dégustations. On
est là pour gouter et non pour boire. Et si votre professionnalisme vous empêche de jouer votre rôle d'éducateur au vin et bien je serai vous je me remettrai serieusement en question. Mais peut
être faites-vous parti de ces sommeliers qui reservent de l'alcool à des clients déjà un peu ivre. La conscience professionnelle, cela peut s'apprendre, si on en manque. Mais encore faut il y être
ouvert et avoir l'envie de s'élever.
Je défends le vin, pas la consommation d'alcool irresponsable et inconsciente.
Et j'en veux beaucoup au milieu professionnel de ne pas toujours faire les bons choix pour améliorer notre secteur d'activité.