Pratique œnologique, l'édulcoration des vins

Publié le 25 Mars 2017

La presse aurait tendance à dire que les consommateurs recherchent des vins de plus en plus ronds avec une forte sucrosité. Personnellement, je dirai plutôt que c’est l’offre qui propose de plus en plus de vins possédant ces caractéristiques, créant ainsi la demande.

 

Toujours est-il que face à ce marché, la Commission européenne étudie la possibilité de modifier les autorisations actuelles de l’édulcoration des vins.

 

Pour le moment, cette pratique pouvait s’effectuer uniquement sur les vins de table, vins de pays compris, à hauteur d’une augmentation maximale du taux alcoolique volumique (TAV) de 2%.

Prochainement, le TAV pourrait être augmenté de 4% au lieu de 2%, sur cette même catégorie de vins.

 

Aujourd’hui la pratique la plus courante pour édulcorer le vin, est l’utilisation de moûts de raisins concentrés rectifiés, qui sont obtenus à partir de jus de raisins, dont on a éliminé tous les composés autres que le sucre.

D’autre part, en dehors de l’utilisation de moûts de raisins concentrés, non rectifiés, aucun autre procédé n’est autorisé actuellement dans la règlementation.

 

La seconde réflexion de la Commission Européenne concerne l’autorisation de l’édulcoration pour les vins AOC.

Je ne sais pas si le TAV correspondrait aux mêmes limites que pour les vins de table. Par contre, ils auraient l’obligation que les moûts concentrés, destinés à l’édulcoration, proviennent exclusivement de la même région viticole que celle du vin AOC.

 

Je suis un peu déçue par cette nouvelle. Sans cette possibilité les vignerons bénéficiaient déjà de nombreuses techniques œnologiques, pour lisser les vins.

Cette nouvelle option fait apparaître des perspectives bien inquiétantes à mon avis, pour l’avenir du vin français.

La raison de ces futures modifications est toujours la même, autoriser en France ce qui l’est déjà dans les pays du nouveau monde. Une manière, soi-disant, d’être plus compétitif, en abaissant notre qualité.

 

Je dis depuis longtemps, que les vins technologiques/standardisés, sont faits pour des goûts d’enfants. Une matière très charnue, aux arômes cuits, compotés, des tanins très très ronds, voire tellement fondus, qu’ils semblent inexistants, une sucrosité  trop présente en bouche… Autant d’éléments qui permettent aux consommateurs de ne pas être bousculés, par le produit consommé. Ces vins flatteurs séduisent le palais des néophytes. Ces vins ne possèdent pas ou plus de structures, de caractères trop affirmés, qui pourraient venir les contrarier, lors de la dégustation.

Tout est fait pour plaire et nous sommes donc bien dans le paraître.

La qualité du vin est de plus en plus assimilée à ce type de produit, et c’est certainement ce qui tue « l’authentique vin » dans notre pays.

Pour peu que les consommateurs s’intéressent à cette question, quelle communication est mise en place ? Qu’est ce qui doit être règlementaire ou non sur l’étiquette ?

Pourquoi pas produire tous types de vins, pour tous types de clients, mais sans éducation, sans compréhension, sans transparence, auprès du consommateur, comment pourrait-il avoir le choix ?

 

La Commission Européenne peut bien modifier la réglementation du vin français, j’espère que ces nouvelles pratiques ne feront pas l’unanimité au sein des vignerons. Une autorisation n’est pas une obligation. Par conséquent, ils ont le choix de rester fidèle ou non à l’excellence, à l’union de la tradition et de la modernité, au respect du vin, en tant « qu’individu unique » né de la Terre, avant de naître des mains de l’homme.

 

Bonne journée

 

Articles en relation avec ce thème  :

La Micro-oxygénation

Une recette de vin, Manipulation !

Levures de fermentation pour le vin

Quelle méthode pour augmenter les polyphénols dans le vin

Une cuve qui élimine les pépins 
Qu'est ce que la flash détente ?

 

Rédigé par Emilie Merienne

Publié dans #Règlementation et le Vin

Commenter cet article

Gerald 21/07/2009 17:46

Oui le constat est alarmant mais je pense que le plus grand danger vient de l'Europe et de sa volonté de vouloir fabriquer un hypermarché géant et aseptisé avec le vin et les produits alimentaires

C'est un nivellement par le bas assez paradoxal on veut concurrencer les vins du nouveau monde en utilisant leurs stratégies

Ceux qui fabriquent des vins technologiques ont les moyens de les faire, et pour ma part pour avoir gouté un Pape Clement 2005 trés récemment , je dois dire qu'il m'a laissé l'impression de voyager en mercedes avec une escort girl programmée sagement pour me dire oui ,avec en prime le café, le cigare et les sièges en velours

Je ne sais pas si c'est une caractéristique des vins technologiques mais ceux que j'ai goutes ont quasiment tous des disques étrangement fins voir diaphane

Comment donner une lisibilité sur ces vins technologiques a quelqu'un qui n'y connaît rien en vin et qui le trouve sublime?

Ceux qui font des vins sont les uniques responsables, tout dépend de leur volonté et du message qu'ils veulent transmettre
Après avoir lu et vu les propos de Bernard Magrez il me parait évident que derrière ce vin il y a une stratégie marketing qui sert une ambition

Attention je n'ai rien contre Mr Magrez, Oilvier Dauga et consorts
Mais ces vins là me donne l'impression d'aller au cinéma en mettant un peu mon cerveau de côté
Je pense que le plus important c'est le consommateur, comment peut il s'en sortir dans tout ca ?

Quand on voit en plus ce qui se trame ici
http://ec.europa.eu/agriculture/capreform/wine/index_fr.htm
ou
la
http://www.oiv.int/

il y a de quoi quitter le navire