Château de Calavon Coteaux d'Aix en Provence 2006

Publié le 28 Février 2011

P1000568Origine : France

Appellation : Coteaux d’Aix-en-Provence

Cuvée : La Grande Cuvée

Couleur : Rouge

Millésime : 2006

Cépages : 40% syrah, 30% Grenache, 20% Carignan, 10% Cabernet Sauvignon

 

Description :

Le nez nous offre un éventail d’arômes entre épices, aromates (herbes de Provence), réglisse et cacao… L’aromatique de la bouche est cohérente avec celle du nez. Ce vin est vif, ses tanins bien présents sont assez tendres, il possède une certaine puissance ; sa finale est un peu amère.

 

Avis personnel et conseils :

Je trouve ce vin encore un tout petit peu jeune pour être totalement apprécié, sinon il est bien équilibré, sa puissance garde une certaine retenue, ce qui lui donne de l’élégance.

 

Service :

Je recommande ce vin pour accompagner un repas.

Ouvrir et carafer le vin 30 minutes avant consommation.

T° : 16°C

 

Garde : Apogée d’ici 2016 environ.

 

Suggestions d’accord met et vin :

Pissaladière

Filet Mignon en croute de sel aux herbes, pommes au four, ratatouille

 

Pratiques culturales et œnologiques

OUI

NON

Domaine cultivé en « bio »

 

Précisions : en conversion bio

 

 

Vos vendanges sont elles mécaniques et manuelles ?

 

Précisions Vendanges : manuelles sur les grenaches et nos vieux carignans, mécaniques sur les autres cépages

 

 

Durée de la Fermentation alcoolique : ?

 

 

Utilisation de levures exogènes ?

 

Y-a-t-il eu fermentation malolactique ?

 

Pratique de la micro-oxygénation ?

 

Pratique de la thermovinification ?

 

Pratique - chaptalisation ?

 

Pratique - désacidification ?

 

Pratique - stabilisation tartrique ?

 

Elevage en cuve ?

 

Utilisation de copeaux de bois ?

 

Elevage en fût ?

 

Durée de l’élevage : 24 mois

 

 

Y-a-t-il un assemblage ?

 

Précisions : avant et après  fermentation

 

 

Collage ?

 

Filtrage ?

 

Précisions filtrage : uniquement à la mise en bouteille et sur plaque.

 

 

Y-a-t-il eu ajout de sulfites ?

 

 

 

Rédigé par Emilie Merienne

Publié dans #Vins goutés...

Commenter cet article