Chauffage de la vendange ou Thermovinification

Publié le 2 Août 2016

Récemment en cherchant des informations œnologiques dans un de mes bouquins, j’ai pris connaissance d’un écrit de Michel Bourzeix, Maître de Recherches à l’Inra. Le sujet porte sur le chauffage de la vendange ou « thermovinification ».

Etant donné que ce thème me tient à cœur, j’ai sauté sur l’occasion pour le partager avec vous.

 

Cet article date du début des années 90, mais ce qui nous est communiqué est toujours d’actualité.

 

Cliquez sur l’image, pour lire l’article


Chauffage de la vendange ou Thermovinification

 

Comme vous pouvez le constater, dans les zones que j’ai encadrées en bleu, l’auteur nous confirme les risques et dangers des pratiques de chauffe de la vendange.

 

A priori, il ne faut pas les assimiler à la flash détente, qui est une méthode de thermovinification, mais dont la durée en montée de température, est si courte, qu’elle diffère radicalement, de celle expliquée dans l’article de Michel Bourzeix.

Même si la flash détente est moins brutale, que les méthodes de chauffe "classique", il n’en reste pas moins que sont but est le même : augmenter les polyphénols dans le vin ; les conséquences, des vins enrichis et concentrés.

Alors tant que je n’aurai pas vérifié par moi-même, que les résultats respectent les caractéristiques de la vendange initiale, le doute subsistera, quant au fait d’approuver ou non, ce type de pratique.

 

Bonne journée à Tous !

 

Rédigé par Emilie Merienne

Publié dans #Dans le Chai - Oenologie...

Commenter cet article

sebastien 02/08/2016 18:06

Du coup j'imagine que dans le respect des méthodes naturelles la température liée au climat externe peut impacter au niveau des cuves. Sinon j'ai vu dernièrement que dans certaines vendanges sont transporté en camion réfrigéré à cause de climat trop chaud pendant les vendanges. Mais je suis peut-être hors sujet là !

Emilie Merienne 02/08/2016 18:10

Les températures extérieures peuvent avoir un impact si le vigneron ne gère pas cette question, cependant le climat n'a rien à voir avec les méthodes indiquées ici.

alain martinez 21/08/2010 10:33


je pense que vous prenez position sur cette technique avec des préjugés et surtout avec un manque de connaissances sur la pratique. les remarques de M. Bourzeix sont bien anciennes et occultes bien
des aspects positifs de cette méthode.


Emilie Merienne 21/08/2010 11:57



Bonjour Monsieur Martinez, le but des commentaires n'est pas de juger mes opinions mais d'argumenter les votres. Pourquoi ne profitez-vous pas de l'occasion pour nous expliquer votre point de
vue, afin d'éclairer nos lanternes.... Ainsi nous pourrions peut etre changer d'avis.


Cependant avant d'écrire sur ce sujet, j'ai parlé moi-même à Michel Bourzeix, d'autre part j'en ai discuté avec des personnes de l'Inra, actuellement en poste, puisque Monsieur Bourzeix est
retraité, et personne ne s'est opposé à mon opinion et à cet article.


Donc je renouvelle mon invitation, à défendre votre opinion qui est apparemment opposée à l'article.



gerald 17/12/2009 17:23


Hello
C'est un bien triste constat.
Combien de vignerons utilise ce procédé en "off" pour plaire a leurs clients.
j'apparente cette pratique a un homicide.
Il y a de la vie dans les grains de raisins, massacrer cette vie est un manque de respect du terroir.