Et une étude de plus en faveur de la consommation d’alcool modérée !

Publié le 22 Octobre 2010

Après la vague « anti-alcool » que l’on connait depuis un moment en France, les pays étrangers viennent à notre rescousse et nous donne des arguments concrets pour défendre la consommation d’alcool modérée, au nom de la santé….

Il y a peu, je vous faisais suivre les résultats de l’étude anglaise qui « recommande » une très légère consommation d’alcool aux femmes pendant leur grossesse, pour avoir des enfants plus « éveillés » ; cette fois, c’est une étude américaine qui vient confirmer, les résultats déjà obtenus par d’autres, concernant le risque de mortalité lié à l’alcool.

 

Cette étude fût publiée dans une revue scientifique américaine qui lutte généralement contre l’alcoolisme.

Les chercheurs ont suivi la mortalité de 1824 personnes, âgées de 55 à 65 ans, sur 20 ans. Ces personnes ont été réparties en 4 groupes :

-          Les abstinents

-          Les buveurs légers (moins d’un verre d’alcool par jour)

-          Les buveurs modérés (1 à 3 verres par jour)

-          Les gros buveurs (3 verres d’alcool et plus par jour)

 

D’après leurs observations, il s’avère que le risque de mortalité est 2 fois plus élevé pour les abstinents que pour les buveurs modérés, tandis qu’il est 70% plus élevés chez les gros buveurs par rapport aux modérés.

 

Les chercheurs ont quelques hypothèses pour expliquer ces résultats.

Ils ont constaté que les abstinents étaient plus sujets aux problèmes de santé, d’obésité et de dépression. D’autre part, ils auraient moins d’amis proches et ils recevraient moins de soutien moral que les autres. Il semblerait également que certains abstinents soient d’anciens alcooliques. Tous ces faits mis bout à bout sont des facteurs qui peuvent augmenter le risque de mortalité.

Si un travail est fait en parallèle sur tous ces éléments, les abstinents et les gros buveurs diminuent leur risque de mortalité, cependant, respectivement, il reste supérieur de 49% et 42% à celui des buveurs modérés.

 

Aux vues des ces informations, il semblerait que le vin (l’alcool) soit nécessaire au corps au même titre que le reste des aliments, toujours sans excès.

 

Même thème : Une étude hollandaise

L'étude anglaise

 

Bonne journée

Rédigé par Emilie Merienne

Publié dans #Conso Vin - Prévention et Santé

Commenter cet article