"Grand cru et grand vin" du Languedoc

Publié le 28 Janvier 2011

sigle-languedoc-sud-france.jpgDernièrement, j’ai découvert sur la toile qu’il existerait désormais, des mentions ou AOC, grands crus et grands vins dans le Languedoc-Roussillon… Le hic, c’est que je ne trouvais aucune source officielle confirmant ces informations. Aussi j’ai pris contact avec le Comité Interprofessionnel des Vins du Languedoc (CIVL) pour en savoir plus. Cette région, comme d’autres, souffre de la conjoncture économique, et pour se démarquer et améliorer la commercialisation de son offre, elle a décidé de réorganiser les gammes de sa production des points de vue marketing et communication.

Concrètement cela signifie qu’ils vont utiliser commercialement les termes de « grand cru » et « grand vin » pour représenter une certaine catégorie d’appellations, auprès des acheteurs, intermédiaires de la filière.

 

Sous les termes « grand vin » sont regroupées les appellations : Minervois, Corbières, St Chinian, Limoux rouge, Malepère, Faugères, Cabardès, Muscats et une partie des Terroirs des Coteaux du Languedoc.

 

Sous les termes « grand cru » sont regroupées les appellations : Corbières Boutenac, Minervois La Livinière, Terrasse du Larzac, Grès de Montpellier, Pic Saint Loup, Pèzenas, La Clape, Limoux blancs,  Saint-Chinian Roquebrun, Saint Chinian Berlou.

 

Il faut savoir que cette segmentation ne s’adresse pas normalement aux consommateurs, parce qu’il n’est pas prévu que l’étiquetage règlementaire soit modifié, et il n’y aura pas de macarons autocollants apposés en supplément sur la bouteille. Aussi de l’extérieur visuellement, le consommateur ne verra rien.

En fait, cette information n’aurait pas dû se retrouver sur la toile, à disposition des consommateurs, sans explication approfondie.

Parce qu’à la lecture de ces articles, personnellement, j’avais compris et cru, que ces mentions avaient un caractère officiel et règlementaire. Alors que tout ce projet est mené en interne au sein du CIVL, et que justement cela ne revêt aucun critère officiel et règlementaire. Donc si vous rencontrez un support de communication quelconque qui vous parle des « grands vins et grands crus » du Languedoc, gardez à l’esprit que ce n’est que du marketing.

Légalement parlant d’ailleurs, je suis quelque peu inquiète de leur « mention grand cru », parce que celle-ci par rapport à « grand vin », revêt un caractère règlementaire officiel, et je ne suis pas sure que l’on puisse l’emprunter à sa guise, pour l’attribuer à des vins, qui officiellement ne sont pas classés comme  « Grand Cru » par l’INAO.

Quant à « grand vin », ce sont déjà des termes utilisés sur les étiquettes des vins, qui ne correspondent à aucun critère qualitatif reconnu et défini officiellement. (Voir l’article : qu’est ce qu’un grand vin ?)

Ce projet va se mettre en place cette année, donc on verra la suite des évènements.

 

Je soutiens fortement la région du Languedoc Roussillon, son offre proposant de nombreux et réels bons rapports qualité/prix. C’est certainement l’une des régions les plus dynamiques, qui fait de très gros efforts pour élever la qualité et la diversité de ses produits. Mais pour le coup, j’ai du mal à comprendre le choix du CIVL avec ce projet. Sur le fond, je comprends leur raisonnement, de vouloir proposer une espèce de classification de leur vin, pour les différencier sur le marché de l’international, mais c’est tellement facile de dire ces appellations sont des « grands vins » ou des « grands crus » plutôt que d’informer, d’expliquer, d’argumenter, d’éduquer, et de valoriser notre histoire, notre système, nos vins… Ces termes impressionnent rapidement et efficacement l’interlocuteur ignorant qui achète et qui ne s’y retrouve pas dans notre règlementation à la noix.

« Les pros » font cela avec les distributeurs, « les pros » font cela avec les consommateurs et on s’étonne que personne ne comprenne rien aux vins français. Quand les pros ne sont pas des ambassadeurs, des professeurs, des transmetteurs du vin français, au sens large du terme, alors qui devrait l’être ?

A force de choisir la facilité, nous nous enlisons un peu plus au fur et à mesure que le temps passe, et cela nous rattrapera tôt ou tard…

 

Bonne journée

Rédigé par Emilie Merienne

Publié dans #Règlementation et le Vin

Commenter cet article

Cave a vin 03/03/2015 09:33

C'est un peu dommage mais le problème n'est aujourd'hui constaté que par les professionnels du vin. Les consommateurs eux restent dans le flou total. Et pourtant, sans les consommateurs (nationaux ou internationaux) que sont les vins même de grands crus ? Rien. Il faut bien trouver un terrain d'entente. Cette situation est fort dommage mais je suppose que quelqu'un est entrain d'y remédier.

Livr-esse 28/01/2011 09:36


Ou pour être plus prosaïque, comment le CIVL se chie d'ssus sur ce coup !
Dommage, j'abondais dans votre sens au sujet du dynamisme de cette région mais là...