Maladie du bois, sur les pieds de vigne...

Publié le 5 Juillet 2014

La viticulture n’est pas sans contrainte, dépendante du climat et des attaques extérieures, elle subit les maladies de la vigne, mais aussi celles du bois, et elles n’épargnent pas nos vignobles…    Quelles sont-elles ?

Les plus répandues s’appellent « Eutypiose » et « Esca ».

 

1) L’Eutypiose ou Eutypa lata

 

L'eutypiose est causée par un champignon qui pénètre dans le bois, par les plaies (fentes, brisures…), issues ou non de la taille.  La conséquence inéluctable de cette maladie est la mort du cep, en 5 à 10 ans. Pour le vigneron, cela entraine une diminution du rendement et des pertes qualitatives, suite aux replantations, en remplacement des pieds morts, qui rajeunissent la vendange.

 

1 mycelium
Au départ ce champignon végète dans un mycélium. C’est un ensemble de filaments, plus ou moins ramifiés, que l'on trouve généralement dans le sol
(voir photo).

Pour contaminer le cep, ce dernier pénètrera les vaisseaux du bois, par une plaie, et se développera en dégradant ses cellules.
1 perithece
Par la suite, le champignon se reproduira dans les périthèces
(voir photo), nés du mycélium, qui se trouvent à la surface du bois mort. Ces périthèces, renfermant les cellules reproductrices (ascospores) du champignon, peuvent conserver leur fertilité de 4 à 5 ans. C’est la pluie qui les libèrera de leur poche et le vent les disséminera, jusqu’à 60 km parfois…


Voici un schéma représentant le cycle biologique du champignon :

scema cycle eutypiose

 

Les symptômes :

Du fait de l’irrégularité des symptômes, d’une année sur l’autre, suivant les conditions climatiques, cette maladie est assez difficile à identifier. Parfois ils peuvent disparaître totalement, pour réapparaître longtemps après… D’autre part, le cep peut présenter différents symptômes simultanément, créant une certaine confusion. La plus grande difficulté concerne la tardiveté de l’apparition des symptômes, puisqu'ils peuvent se manifester de 6 à 8 ans après la contamination.

 

Cependant, nous pouvons déterminer deux types de symptômes, selon la période saisonnière :

Au printemps : la croissance est nettement ralentie, avec la présence d'entre-nœuds courts. Les feuilles sont crispées et plus ou moins nécrosées. Lorsque la maladie est plus évoluée, on observe une multiplication du nombre de rameaux, pratiquement dépourvus de feuilles, prenant un aspect de « balai de sorcière » (voir photo). Les jeunes grappes peuvent également se dessécher (voir photo) ou subir une forte coulure, qui est l’avortement de fruit naissant.

  
1 sorciere balai  dessechement


1 coupe transversale
En hiver : l'aspect « bras mort » est caractéristique de la maladie. Lorsque l'écorce est absente, on peut également observer des zones grisâtres à noirâtres renfermant les périthèces du champignon. En coupe transversale du cep, les zones atteintes présentent une nécrose brune de consistance dure, sectorielle et bien délimitée (voir photo).


Malheureusement, pour les viticulteurs, il n’existe pas ou peu de moyens de préventions, du fait du mode de développement et de contamination du champignon. Nous savons que certains cépages sont plus ou moins sensibles, ou tolérants à l’eutypiose, mais nous savons aussi qu’aucun d’entre eux n’y est résistant non plus.

Album Photos


Nous verrons prochainement l'autre maladie du bois : l'Esca.
Bonne journée

Rédigé par Emilie Merienne

Publié dans #Ô Vigne !

Commenter cet article

Fabrice 06/01/2010 15:35


Bonjour,

Merci pour le lien vers VinSurVin, qui a migré vers vinsurvin 2.0 ! Si vous pouviez juste modifier l'adresse du lien ! Merci ! Bonne chance pour le WBT ;-)