Qu'est-ce le corps du vin ?

Publié le 18 Janvier 2017

La définition du corps (mot attesté au 17ème siècle) varie selon les auteurs. Depuis Ambroise Paré au 16ème siècle, corps indique la « consistance que prend un liquide qu’on épaissit » ; ce sens se révèle cohérent par exemple en cuisine, lorsque l’on épaissit une sauce, on dit qu’on lui donne du corps, mais on voit bien qu’avec le vin, ce sens manque de sens, sans mauvais jeu de mots.

On pourrait aussi penser que le corps est l’ensemble formé par la charpente et la chair, si ces termes avaient une définition stricte ; mais certains estiment qu’un vin peut avoir du corps sans avoir de chair, tandis que d’autres tiennent -corps- pour synonyme de chair ou de charpente…

 

On peut repérer dans différents ouvrages les définitions suivantes de corps :

- Un vin riche en alcool « a du corps », ou « est corsé ». Le verbe -corser- est un dérivé direct de cors (orthographe ancienne de corps). Corser un vin peut signifier « lui ajouter de l’alcool ». L’alcool étant l’esprit-de-vin, on en arrive ainsi à dire qu’un vin qui a de l’esprit, a du corps.

- C’est l’intensité conjuguée aux tanins et à l’alcool qui fait le corps ;

- Le corps est formé par l’équilibre de l’alcool, du tanin et du moelleux ;

- Enfin, le corps serait l’impression de consistance donnée par la richesse en extrait sec. Cette définition a l’intérêt de correspondre à celle du mot que donnait la chimie ancienne ou l’alchimie, qui appelait « esprit » les substances volatiles, et « corps » le dépôt qui restait après l’évaporation de ces dernières : c’est très exactement l’extrait sec.

 

Pour conclure, votre corps est composé de chair et d’un squelette, et bien le vin c’est pareil.

Généralement, lorsqu’on parle du corps du vin, on parle de sa silhouette, en fonction de son squelette et de sa chair.

Si sa structure possède de la verticalité, on le trouvera grand, s’il possède beaucoup de gras et qu’il manque de fraicheur, on le trouvera lourd, et s’il a beaucoup de tanins, il sera décrit musclé…

Nous pouvons sans problème adapter les adjectifs caractérisant les hommes, aux vins.

Si nous sommes connectés à nos sensations, nos sensations nous permettront d’imager le vin, pour pouvoir le décrire…

 

Rédigé par Emilie Merienne

Publié dans #La Dégustation

Commenter cet article