Suite maladie du bois, sur les pieds de vigne...

Publié le 8 Juillet 2014

Sur le thème des maladies du cep, nous avons vu précédemment l’Eutypiose, et nous poursuivons aujourd’hui avec l’Esca.

 

2) L’Esca possède une particularité ; pour se développer, il nécessite la contribution de plusieurs champignons, leur nombre est inconnu à ce jour : ce peut être le Fomitiporia punctata (ou mediteranea), le Stereum hirsutum, le Phaeoacremonium aleophilium, le Phaeomoniella chlamydospora, l’Eutypa lata, le Phellinus punctatus, le Phellinus igniarius, le Phellinus viticola, l’Oidiodendron truncatum, le Trichothecium roseum, et il en existe d’autres...
Chacun possède un rôle défini, bien qu’il ne soit pas encore identifié, ils interviennent successivement dans la dégradation du bois et ils ont en commun d’être des champignons à dissémination aérienne. Avez-vous reconnu notre « Eutypa lata » responsable de l’Eutypiose, vu précédemment, qui entre en jeux dans le processus de l’Esca. Ces maladies contaminent toutes deux le cep, par les plaies de taille.

L’Esca, comme l’Eutypiose, engendre la mort du cep, plus ou moins rapidement, ainsi que des pertes de récoltes.


Les symptômes sur organes verts :

Feuille flétrie Esca Dans le cas de la forme lente ; les symptômes commencent par se manifester à la base des rameaux, puis entre les nervures des feuilles apparaissent des taches jaunâtres, qui vireront progressivement au rouge, et les feuilles se flétriront (voir photos).


feuille esca cepage blanc feuille Esca cepage noir


Sur les raisins, on observe des taches noires, aux contours violacés.

L'évolution peut durer plusieurs mois, voire plusieurs années.

Comme pour l’Eutypiose, les symptômes sont très variables et peuvent nous induire en erreur, d’une année à l’autre. La vigne risque de mourir environ 3 ou 4 ans après l’apparition des premiers symptômes.

 

Dans le cas de la forme rapide ou dite « apoplexie » : Au début, ce sont les extrémités des bras, puis les rameaux, qui se colorent en bleu foncé. Fragilisés, on peut les fendre très facilement. Ensuite, on constate un arrêt brutal de la circulation de la sève, qui entraîne un dessèchement total du cep. En quelques jours, il meurt.

 

Les symptômes sur troncs et rameaux sont les mêmes, dans la forme lente et rapide. La seule différence se situe dans la durée de l’évolution des symptômes. Là où le bois est entamé, on observe des bandes brunes, sous l’écorce, qui peuvent se prolonger, jusqu'aux racines. Le bois brun s’apparente à une éponge sèche et friable.

bois prenecrose centraleSuivant l’agent et le mode de contamination, deux processus, presque similaires se produisent :

- Le premier aboutit à une nécrose du bois, claire et tendre, en position centrale du cep (voir photo). Il fait intervenir un premier cortège d'espèces fongiques parmi lesquelles : Phaeoacremonium aleophilum, Phaeoacremonium chlamydosporum, Phellinus punctatus, Phellinus igniarius, Phellinus viticola et  Stereum hirsutum, ce dernier est parfois isolé.


bois necrose sectorielle- Le second aboutit également à une nécrose du bois, claire et de consistance tendre, mais cette fois-ci, elle est sectorielle (voir photo). Phellinus punctatus et Eutypa lata sont les agents connus, de ce second processus.

 

Globalement, le vigneron est confronté aux mêmes conséquences que pour l’Eutypiose, et ne bénéficie pas davantage de moyens de lutte.

Auparavant, les vignerons pouvaient traiter la vigne avec de l’arsénite de soude, jusqu’à ce qu’elle soit interdite en 2001. Depuis ils sont impuissants et spectateurs des dégâts. Suite à un sondage, les vignerons, préoccupés par ces maladies, sont passés de 68% en 2004, à 80% en 2008.

D’après « la Protection des végétaux », le taux d’Esca, en France, a progressé de 1,6% en 2003, à 4,8% en 2007. Par contre le taux d’Eutypiose a baissé de 3,2% à 2%. A Cognac, l’observatoire régional des maladies du bois a constaté sur un réseau de parcelles, un taux de ceps malades de l’ordre de 9% pour l’Esca et de 17% pour l’Eutypiose.  D’autres observations ont été faites pas le BNIC (Bureau National Interprofessionnel du Cognac) qui conclut que malgré les différences de contamination entre l’Esca et l’Eutypiose, il semblerait que les pertes de rendements soient pratiquement identiques, alors que les cas d’Esca sont trois fois moins élevé que ceux de l’Eutypiose.

En France, les régions les plus touchées, par ces maladies sont : le Gers (sud-ouest), Cognac et le Centre. En Alsace, rares seraient les parcelles, qui exprimeraient peu ou pas de maladies. Dans le Jura, environ 8% des ceps auraient des symptômes… En Bourgogne, 4 à 5% des ceps seraient morts… En Gironde, 9 parcelles sur 10 présenteraient au moins un cep atteint d’Esca. La grande région gagnante est la Champagne, dont le taux d’Esca serait de 0,9% seulement.


stat maladies bois

Bonne journée

Rédigé par Emilie Merienne

Publié dans #Ô Vigne !

Commenter cet article