Terme -Aviner-

Publié le 13 Mai 2017

Au 12ème siècle, -aviner- signifiait « fournir en/du vin ». Puis il devient un terme technique au 16ème siècle ; on avine un tonneau en l’imprégnant  au préalable du vin, dont il doit être rempli.

Par métaphore, on dit de l’ivrogne, qu’il est un tonneau aviné au 17ème siècle.

Lorsque l’abus de vins a des effets fâcheux sur l’haleine, on parlera d’haleine avinée ; ou sur la voix, avoir une voix avinée ; et sur la tête, une tête avinée (13ème siècle), mais aussi sur les jambes : avoir les jambes avinées, c’est tituber d’ivresse (19ème siècle).

  

De nos jours, on utilisera cette expression principalement dans le cadre du service du vin : aviner une carafe, ou un verre…

 


Rédigé par Emilie Merienne

Publié dans #Sommellerie - Sommelière - Sommelier

Commenter cet article

Henry guggenbuhl 18/02/2016 11:09

Suite à notre discussion. Amicalement ton tâcheron

Philippe Margot 28/09/2013 07:30

Le trouble subsiste entre 2 expressions :
Enviner, c'est l'action de verser une petite quantité de vin dans le verre et la carafe afin de leur enlever les goûts de carton, de poussière, d'armoire ou de linge à vaisselle. On lit que cette
action s'appelle aviner le verre. Toutefois, des auteurs nous recommandent de dire plutôt enviner le verre. Aucun d'eux ne donne ses sources. Aucun dictionnaire n'atteste cet usage. Le Littré écrit
plutôt qu'enviner veut dire garnir de vigne ! Toutefois, nos recherches font découvrir le verbe aviner et les adjectifs enviné (anciens). La confusion peut provenir d'un verbe avec 2 adjectifs !