Terme -Doux-

Publié le 18 Octobre 2013

Dans l’Antiquité, les mots qu’on traduit par doux (glukus en grec et dulcis en latin), semblent avoir eu le double sens de « moelleux » et de « sucré ».

De nos jour encore, ces deux termes sont souvent assimilés, cependant il faut rappeler que le moelleux du vin peut être en rapport avec sa matière et pas uniquement avec la saveur sucrée. Si l’on parle du moelleux d’un vin rouge, généralement il s’agira de sa matière ou texture et non de sa proportion en sucre…

Au 17ème siècle, le terme doux est opposé à verdelet, à aigre et à acide ; doux se définit comme « qui n’est pas acide ».

Aujourd’hui, on appelle vin doux, un vin dont la totalité des sucres n’a pas été transformée en alcool, ainsi il reste ce que l‘on appelle des sucres résiduels, qui donnent une certaine sucrosité au vin.

Ce qualificatif s’applique aussi aux vins mousseux, qui ont reçu une liqueur d’expédition, fortement dosée en sucre.

Sont également appelés vin doux, les vins doux naturels (VDN) et les vins de liqueur (VDL).

 

Douceâtre, et à moindre degré doucereux, se disent de vins légèrement sucrés.

 

Douciné est un terme bourguignon, qui désigne la fadeur spéciale d’un vin, qui commence à être atteint par la maladie de l’amer ; il est douciné, ou il doucine…

 


Rédigé par Emilie Merienne

Publié dans #La Dégustation

Commenter cet article