Vendanges de nuit chez Listel

Publié le 21 Août 2011

Martial Pelatan, Directeur général de Listel, nous explique pourquoi il vendange son domaine la nuit :

 

Vendanger à cette époque de l’année rien de plus classique, ce qui l’est moins, c’est de le faire de nuit. Qu’est ce qui explique ce choix ?

Martial Pelatan: En effet, on commence les vendanges vers vingt heures et l’on s’arrête généralement à midi le lendemain. Pour la simple et bonne raison qu’il vaut mieux manipuler les raisins de nuit. Le vin craint l’oxydation et le rayonnement solaire augmente cette oxydation et donc dégrade le raisin. On fait ça depuis trente ans.

 

L’avantage gustatif est-il vraiment important ?

M.P. : L’avantage est qualitatif. Vendanger de nuit c’est compliqué et plus coûteux. On est obligé de vendanger à la machine et parfois on perd des souches. Mais le vin sort beaucoup moins amer, plus fin et bien plus coloré. C’est un vin beaucoup plus accessible que les autres pour les femmes par exemple mais aussi pour l’exportation. On exporte 20 % de notre production notamment vers l’Amérique du Nord et en Asie.

 

Le vignoble de Listel a aussi une autre particularité, celle de pousser dans le sable.

M.P. : Oui, ce sont des vignes un peu de “l’extrême”. Entre le sol sec et le vent, seul la vigne résiste d’où le nom de “Vins des sables”. Au XIXème, lors de l’épidémie de phylloxéra, les vignes plantées dans le sable ont résisté. A cette époque, la plupart des vignes reçurent des greffes afin d’être plus résistantes, celles de Listel non. Le sable est un sol pauvre mais aussi léger et aéré. Un climat différent donne un vin différent comme pour tous les grands vins.

 

Listel est une marque très connue. Qu’est ce qui explique ce succès ?

M.P. : On possède 2 000 hectares de vignes entre Sète et Aigues-Mortes. C’est un domaine unique en France que Listel entretient depuis plus d’un demi-siècle. Ce qui fait notre succès ? Ce sont nos vins. Ils parlent pour nous.

Source : Terre de vins

Bonne journée

Rédigé par Emilie Merienne

Publié dans #Ô Vigne !

Commenter cet article