Vin clair...

Publié le 20 Octobre 2015

Au Moyen Âge, clair, écrit « cler » était l’un des qualificatifs du vin les plus fréquents. On y vantait le vin d’Argenteuil « clers comme lerme d’ueil » (la Bataille des vins), ou celui d’Auxerrre « cler comme larme de pecheour » (le Jeu de St Nicolas).

Ce mot peut avoir deux sens. Il désigne d’abord une faible intensité de couleur, comme c’est le cas du « clairet », un vin d’un rouge très pâle, fort prisé au Moyen Âge, et dont les anglais ont gardé le nom ancien de claret, qui signifie pour eux « vin de bordeaux ». Il ne faut pas le confondre avec le clairet, presque rosé, et la clairette, cépage blanc, qui a donné son nom au vin mousseux : Clairette de Die. Mais clair se dit souvent aussi d’un vin limpide. Clarifier un vin, c’est le débarrasser des particules en suspension qui le troublent. L’expression « tirer au clair » vient du vocabulaire œnologique et signifiait d’abord « clarifier (un vin) », sous la forme tirer à clair, décanter (fin 17ème).

 

 

Rédigé par Emilie Merienne

Publié dans #Dans le Chai - Oenologie...

Commenter cet article