Les familles de verres...

Publié le 28 Octobre 2015

"• Le but : Tendance ludique - analytique

Les verres destinés à la dégustation technique se doivent d’être des verres analytiques.
Ce qui signifie qu’ils agissent un peu comme un téléobjectif, en permettant de détailler précisément chaque facette de la palette aromatique.

Ceci convient particulièrement à la dégustation des vins jeunes qui n’ont pas encore atteint leur maturité de bouteille. C’est une dégustation typiquement ludique, dans laquelle les paramètres techniques de vinification et d’élevage prennent le pas sur l’expression du terroir.

 

• Le but : Tendance introspective - synthétique

Le dégustateur désirant au contraire conserver une vue globale du vin choisira un verre synthétique, c’est-à-dire un verre agissant comme un objectif “grand angle”, ce qui permet au dégustateur de prendre du recul, en particulier par rapport à un vin évolué, pour mieux l’inscrire dans le cadre culturel dans lequel il a été élaboré, sans risquer de le “déstructurer”.

 

Le verre INAO, "Verre analytique", cliquez

 

Verres semi-analytiques

Il est enfin possible de concevoir des verres “semi-analytiques” qui permettront avec bonheur de concilier la dégustation des vins jeunes et celle des vins évolués. Leur grand avantage est leur polyvalence exceptionnelle. Ils agissent en quelque sorte comme un “zoom” automatique et les dégustateurs qui préfèrent déguster en conservant toujours le même verre et les mêmes références les apprécient tout particulièrement

 

Verre Polyvalent - verre spécifique        

Pour ma part, en ce qui concerne les vins tranquilles rouges et blancs de 10 à 16° d’alcool, je préfère utiliser un verre polyvalent dans 95 % de mes dégustations. Il permet en effet d’établir des comparaisons objectives, sans les colorations aromatiques des verres spécifiques et sans les modifications de texture qu’elles génèrent en bouche.

 

Néanmoins, dans moins de 5 % des cas, lorsque j’ai l’immense chance d’ouvrir une bouteille d’un très grand vin (grand terroir, cépage noble, grande année, grande vinification, parfait vieillissement...), j’ai plaisir à utiliser des verres spécifiques, pour la simple raison qu’un très grand vin prend inévitablement un ascendant magique sur tout ce qui l’entoure. Il mérite alors qu’on le serve en suivant son style, soit ludique, sur la complexité et la sensualité, soit respectable, sur la structure, pour la profondeur de son “espace” aromatique.

 

En ce qui concerne les champagnes et les vins effervescents, le dégagement de gaz carbonique oblige à les servir dans des verres spécifiques qui respecteront leur savant équilibre.

Seuls les très vieux champagnes complexes et peu effervescents seront servis dans des verres à vin classiques et à une température plus élevée que les champagnes plus jeunes.

 

Pour les vins mutés enfin, ou bien pour les vins botrytisés et les vins doux naturels, je me sers de préférence de verres polyvalents de contenance plus réduite, afin d'éviter le réchauffement rapide du vin et la sensation dominante d’alcool qui en résulterait."


Jean-Pierre Lagneau

Pour retrouver, quelle forme de verre correspond à quel profil, cliquez

à bientôt pour découvrir encore quelques informations autour des verres, grâce au dossier de Jean-Pierre Lagneau....

Rédigé par Emilie Merienne

Publié dans #Dossier J-P Lagneau

Commenter cet article