Faut-il proposer des éthylotests au caveau ?

Publié le 3 Août 2008


Pour certains, c’est aller trop loin. Pour d’autres c’est entré dans les mœurs : l’éthylotest fait débat.

 

En Mai, suite à plusieurs accidents de la route mortels, dans lesquels l’alcool était impliqué, le ministre Jean Louis Borloo a annoncé son intention de rendre obligatoire la présence d’éthylotests dans les débits de boissons.

 

Les caveaux ne sont pas concernés par ce projet : ils sont dédiés à la « dégustation » et non à la consommation de vin.

 

Actuellement, intégrer des éthylotests dans les caveaux, reste une démarche personnelle.
De nombreux vignerons et organisations professionnelles ont déjà franchi le pas.


Par exemple, pour le salon printemps, les vignerons indépendants avaient mis à disposition des visiteurs une alcoborne. Ainsi, lors du départ, ils pouvaient vérifier qu’ils ne dépassaient pas le seuil autorisé de 0,5 g/L dans le sang.

Ils avaient également installé un distributeur d’eau fraîche et des bancs afin que ceux dont le taux excédait la limite, puissent se reposer le temps nécessaire pour pouvoir reprendre le volant.

 

Aussi la question d’élargir cette démarche aux caveaux se doit d’être soulevée.

En ce qui me concerne, je comprends que cette action préventive puisse être mal perçue par les clients, ceci-dit pour visiter régulièrement des caveaux, je regrette de dénoncer cette vérité, mais le simple crachoir est rarement présent, et lorsqu’il l’est, j’ai rarement observé les autres visiteurs présents, cracher.

Alors, je me dis que si ces personnes passent leur journée à visiter les caveaux, et qu’elles ne crachent presque pas à chaque arrêt, sincèrement, je n’ose pas imaginer comment ils finissent leur journée. Alors je crois qu’au risque de choquer la clientèle, il serait temps de la responsabiliser.

 

A lire également : Le vin = alcool
Et  Attention à la consommation d’alcool pour les PRO

 

A bientôt …

 


Rédigé par Emisommeliere

Publié dans #Conso Vin - Prévention et Santé

Commenter cet article