Le vin et le cancer...

Publié le 21 Avril 2009

Ces derniers temps, nous avons beaucoup entendu parler de l’Inca (Institut National du Cancer) qui déconseille la moindre consommation de vin. D’après leurs recherches, le vin serait un facteur aggravant du cancer.

 

Après le tabac, vient la lutte disproportionnée contre le vin.

 

Leur conclusion serait fondée sur les résultats d’une étude menée par le fond mondial de recherches sur le cancer (WRCF) datant de 2007.

Comme ci la filière viticole n’avait pas suffisamment de problèmes, le ministère de la santé s’y met. Ce que l’on oublie de préciser, c’est que l’étude portait plus précisément sur les boissons alcoolisées, en général, et non sur le vin proprement-dit. 

 

D’autres études affirmeraient même que le risque de cancer est réduit sur les personnes consommant du vin, par rapport aux autres alcools.

Là où cette annonce fait fureur, c’est qu’elle met en garde dés la consommation du premier verre de vin et non face à une consommation modérée, telle qu’on le recommande en général.

 

Nous avions déjà la lutte de l’alcool au volant et de l’alcoolisme, qui me semblent justifiées, dans la mesure où il s’agissait de responsabiliser le consommateur. Puisque dans ces deux cas, il s’agit bien de prévention et d’éviter un risque de mort.

 

Par contre, vis-à-vis du cancer, je reste sceptique, les recherches actuelles n’ont pas encore démontré clairement le mécanisme de cette maladie, aussi tant que nous n’en connaissons pas l’origine, il me parait difficile d’identifier clairement que nous prenons le risque d’avoir un cancer par la consommation de vin. Après tout de nombreuses personnes, qui ne boivent pas, qui ne fument pas, ont des cancers, alors pour ceux là, qu’aurait-il fallu leur déconseillé, voire leur interdire…

 

Heureusement 3 associations sont montées au créneau pour s’opposer à cette affirmation et défendre la filière viticole. Il s’agit des associations : « Vin et Société », « Les Quatre vérités sur le Vin » et la dernière née « l’Honneur du Vin », qui fut créée expressément, par Jean-Charles Tastavy, représentant des Vignerons Indépendants de l’Hérault, pour attaquer sur le plan juridique la communication de l’Inca.

 

Que faire dès lors des précédentes études ?

Dans un de mes articles, je vous avais un peu parlé des polyphénols. Les composés phénoliques* sont présents dans le vin. Et voici ce que l’on dit des polyphénols :

« Nous savons aujourd’hui, l’importance que constituent les polyphénols pour l’organisme, puisqu’ils ont des effets bénéfiques sur la santé. En effet, leur rôle d’antioxydants naturels suscite de plus en plus d'intérêt pour la prévention et le traitement du cancer, des maladies inflammatoires, cardiovasculaires et neuro-dégénératives. Ils sont également utilisés comme additifs pour l’industrie agroalimentaire, pharmaceutique et cosmétique. »

 

N’est-ce pas contradictoire ?

 

Pour le moment, les démarches entamées par les associations n’ont pas encore abouti, mais j’espère bien évidemment qu’il y aura une espèce de demi-tour de l’Inca et du ministère de la santé, pour ne pas ajouter un handicap supplémentaire à la filière viticole.

Si l’image du vigneron se transformait en un empoisonneur, en un donneur de mort, ce serait le début de la fin.

 

*Rappel composés phénoliques : Les phénols sont des composés chimiques aromatiques. Assemblés, ce sont les plolyphénols. Il y a quatre principales familles de composés phénoliques : les acides-phénols, les flavones, les anthocyanes, les tanins.

Les flavones et les anthocyanes sont les éléments qui colorent le vin (blanc ou rouge).

Les tanins sont bien connus dans le vin, pour leur rôle dominant dans la structure de ce dernier.

 

Bonne journée à Tous

Rédigé par Emilie Merienne

Publié dans #Conso Vin - Prévention et Santé

Commenter cet article

Esthète 20/05/2009 10:07

Bonjour, facile de mettre cette responsabilité sur le dos du vin, il faut bien trouver un coupable,tous les végétaux et les micro organismes qui font notre terre,absorbent toutes les fantaisies de l'homme.
Alors si nos produits de consommations sont cancérigènes, c'est peut être qu' ils ne sont devenus que des vecteurs, pris en otages du nucléaire(on peut encore en observer les ravages subits jusqu'à aujourd'hui sur les populations du Pacifique) de la pollution et de toute la contamination ramenée des explorations de l'espace.Bonne journée Lina

nanou 22/04/2009 12:39

je me suis moi aussi posée la question ! Ils voudraient démonter le vignoble Français qu'à mon avis, ils ne s'y prendraient pas mieux ! Ce qui signifierait de toute façon de ne plus boire du vin du tout car un seul verre de vin par jour donnerait le cancer ! Je crois qu'à force de vouloir trop en faire, ca devient un excès de zèle malsain !
bonne journée